AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Washington
Harlow Campbell

Date d'inscription : 05/07/2015
Messages : 1353
Points : 12
Avatar : Candice Accola-King
Pseudo/prénom : .sassenach (Amélie)
Crédits : .sassenach (avatar) + tumblr&.sassenach (gifs) + exception (signature)

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Ven 11 Sep 2015 - 18:55
Tell me what you gone and done now!
sully & harlow
Le monde qui m'entourait n'avait de cesse de tourner. Respirer m'était difficile tout comme avancer. La soirée avait tout de même assez bien commencé. Motivée pour la passer en compagnie de quelques internes, la seule raison pour laquelle j'avais avalé des petites gélules était l'habitude. Depuis le décès de mon frère j'allais mal, je m'enfonçai doucement mais sûrement dans un trou que j'étais persuadée d'avoir rebouché et désormais je creusai encore et encore jusqu'à m'enfoncer au plus profond, là où il n'y aura pas de retour possible. Je n'étais pas la seule. Cette perte touchait toute ma famille, toutefois, naturellement fragile depuis quelques années, ce fut la porte ouverte à mes vieux démons qui s'y étaient engouffrés sans se faire prier. Résultat, je planais les trois quarts du temps et tout le monde mettait cela sur le fait que je tentai de garder la tête hors de l'eau. J'aurais aimé que ça soit vrai, d'autant plus ce soir. Même si j'avais bien conscience que mélanger drogues et alcool n'était pas l'idée du siècle – surtout pour un futur médecin – ce n'était pas ce qui m'avait empêché de le faire. Maintenant je m'en mordais les doigts. La sensation de vertiges avait été la première à arriver suivie de près par les nausées et les bouffées de chaleur. Pour avoir déjà fait une overdose, je reconnu là des signes que j'étais peut-être à deux doigts d'en faire une nouvelle. Au milieu d'une foule de gens sur la piste de danse, j'eus bien du mal à la quitter pour rejoindre l'extérieur où l'air frais de la nuit me ferait le plus grand bien, du moins je l'espérai. Arrivée dehors, mes jambes ainsi que mes mains se mirent à trembler ce qui ne fut pas pour me rassurer. Je m'approchai du mur de la boite de nuit afin d'y trouver un appuie et je sentis mon estomac se soulever. J'eus à peine le temps d'inspirer une grande goulée d'air que je me mis à vomir le peu que j'avais dans l'estomac avant de tomber au sol, à genoux et les larmes aux yeux. Si j'aurais dû me sentir un peu mieux après ce moment loin d'être glamour ce ne fut pas le cas. Toujours à genoux sur l’asphalte, je fouillai maladroitement dans ma petite pochette à la recherche de mon téléphone et avec tout autant de difficultés je me mis à chercher le numéro de Sully que j'appelai une fois ce dernier trouvé. Sully ? Je ... N'ayant nullement le temps de terminer ma phrase, j'éloignai mon téléphone de justesse, prise de vomissements. J'attendis deux bonnes minutes avant de ramener mon iPhone contre mon oreille. Je veux que tu viennes me chercher s'il te plaît. L'implorai-je d'une voix qui ne laissait aucun doute sur le fait que je pleurai. Par je ne savais quel miracle, je parvins à lui donner le nom de la boite de nuit avant de raccrocher et de m'allonger à même le sol dans l'espoir de calmer mes vertiges et mes nausées.
Revenir en haut Aller en bas
Sully B. O'Connell

Date d'inscription : 21/07/2015
Messages : 601
Points : 4
Avatar : William -sexy- Moseley
Autres comptes : aucun pour le moment
Pseudo/prénom : exotic (sarah)
Crédits : ava : exotic | sign : ©endlesslove.

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Sam 12 Sep 2015 - 18:55
tell me what you gone and done now! ∞ Harly
« Allez, dis moi oui… » Soufflais-je dans l’oreille de cette jolie brune. Je ne la connaissais pas. Elle ne me connaissait pas. Et pourtant, son corps m’appelait comme un aimant. J’avais terriblement envie d’elle. Son sourire m’enivrait. Son parfum me faisait succomber. Et alors que ses yeux me transperçaient, elle détourna légèrement la tête pour laisser ma bouche avoir accès à son cou. « T’en demandes beaucoup aussi. » Je lui déposais de légers bisous et finit par lui répondre : « J’ai envie de toi, allons ailleurs…» Ma voix la suppliait, et la demoiselle en jubilait. « Et si je cède, tu fais quoi ? » « Tu passes la meilleure nuit de ta vie. » Elle se mit à rire avant de m’embrasser gouleusement. « Allons-y dans ce cas. » Je souris ravi, et lui prit la main afin de l’entrainer hors de ce bar miteux. Elle se mit à rire alors que ses mains continuaient à chercher mon corps, à s’insinuer là ou elles ne devaient pas être. Hors de l’établissement, je la plaque contre le mur et l’embrasse à nouveau : « Impatiente ? » Elle enroule l’une de ses jambes au mienne, en se pressant un peu plus contre moi. « Maintenant. Là. » Souffla-t-elle à bout de souffle. Je me mis à rire et en quelques secondes l’entraîna dans la petite ruelle d’à côté, me fichant bien de si on pouvait nous voir. Sa bouche rencontra la mienne, mes mains viennent chercher ses fesses pour la soulever contre la poubelle. « T’es ultra sexy comme ça… » Soufflais-je entre deux baisers, mes mains s’aventurant dans ses cheveux, et déboutonnant rapidement son chemisier. « Fais-moi rêver… » Murmura-t-elle alors qu’elle me regarda d’un regard impénétrable. J’en tressaillis, plein de désir. Ma main s’aventura plein Sud, sous sa jupe, et en quelques secondes, elle me suppliait déjà de la prendre. C’est alors que mon téléphone vibra dans ma poche. J’aurai du m’en foutre. J’aurai du m’en contrebalancer, trop occuper à faire crier la demoiselle, mais la sonnerie spéciale Harlow s’intensifia et je me figeai net. Putain, pas maintenant. « Non…T’es sérieux là ? » Souffla-t-elle à bout de souffle en me voyant me reculer un instant. Je saisis mon portable et décrocha un instant. « Harlow…Qu’est ce qui te… ? » La brune me poussa violemment, et sauta de la poubelle. « Ok, bouge pas. J’arrive. » A peine eus-je le temps de raccrocher qu’une violente claque vint rencontrer ma joue. « Connard ! » dit-elle avant de me contourner, tout en se rhabillant. Je la regardais un instant, en me remettant de cet rapide étourdie. « C’est mon deuxième prénom ma jolie » me dis-je à moi-même. Quelques secondes, je finis par sortir de la ruelle en direction de ma voiture. J’avais un peu trop bu pour conduire, mais ça allait. Je pouvais encore assurer.

***

Trouvant une place libre, je me garai rapidement, claqua la porte de ma voiture et traversa la rue en courant. Je cherchais du regard celle que j’étais venu chercher. Je m’inquiétais de plus en plus pour elle ces derniers temps. Lorsque mon regard capta une jolie blonde par terre, une flaque de vomi à côté, je secouai la tête. « Harlow ? » Je m’approchais d’elle, alors qu’elle tentait de vaincre ses démons intérieurs. « Harlow…mais qu’est ce que t’as fait… » Dis-je en m’accroupissant à côté d’elle et en lui relevant la tête. « Qu’est ce que t’as pris ? »

Revenir en haut Aller en bas
Washington
Harlow Campbell

Date d'inscription : 05/07/2015
Messages : 1353
Points : 12
Avatar : Candice Accola-King
Pseudo/prénom : .sassenach (Amélie)
Crédits : .sassenach (avatar) + tumblr&.sassenach (gifs) + exception (signature)

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Sam 12 Sep 2015 - 19:26
Tell me what you gone and done now!
sully & harlow
En qui avais-je assez confiance pour me montrer sous un tel jour ? Ce fut la question que je m'étais posée l'espace de quelques secondes alors que mon index glissait sur l'écran de mon téléphone à la recherche d'un nom. Celui de Sully c'était imposé à moi comme une évidence. Il était le seul que j'acceptai de voir dans un tel état, le seul en qui j'avais donc assez confiance. Allongée sur le bitume humide de la petite ruelle, je fixai un point devant moi en laissant libre court à mes pensées. Des larmes continuaient de rouler le long de mes joues, allant mourir au creux de mon cou ou dans ma chevelure blonde étalée sur le sol. Par moment, mon corps se voyait secouer de spasmes comme pour exprimer son mécontentement. Je pouvais le comprendre. Je ne lui accordai que peu de repos et je lui imposai des substances qu'il ne devait pas réellement apprécier. Ce soir, j'avais dépassé les limites. Si j'en avais désormais conscience, je regrettai amèrement de ne pas m'être stoppée avant qu'il ne soit trop tard. Tout me semblait pourtant si simple lorsque j'avalai mes gélules. Pendant un temps j'étais euphorique. J'oubliai la triste réalité de ma vie, le fait que Seth me manquait affreusement et puis je chutai à nouveau, violemment. Ma consommation avait doublé ces dernières semaines et mon compte commençait sérieusement à aller vers le rouge au point que d'être bien heureuse que mes parents n'y aient pas accès car ils auraient aussitôt compris et j'avais besoin de ça pour tenir. C'était faible de ma part, mais c'était ainsi. Harlow ? Légèrement, je tournai la tête en direction de l'endroit par lequel Sully venait d'arriver mais ce fut le seul mouvement que je fus capable d'effectuer sans provoquer une nouvelle sensation de vertiges. Harlow…mais qu’est ce que t’as fait… Qu’est ce que t’as pris ? Je sentis ma tête être soulevée avec délicatesse et je fermai les yeux pour ne pas voir la ruelle tourner. Je suis désolée. Pleurnichai-je en agrippant son poignet avec le peu de force qu'il me restait. J'en avais besoin. Je regardai alors ma pochette tout près de mon ventre et dans laquelle se trouvait les amphétamines en gélules que j'avais acheté en début de semaine. Je veux rentrer. Dis-je d'une voix presque inaudible tandis que je me remettais à trembler. Je devais avoir l'air d'une enfant à supplier ainsi. A vrai dire j'agissais comme tel, incapable d'affronter les embûches que la vie mettait sur mon chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Sully B. O'Connell

Date d'inscription : 21/07/2015
Messages : 601
Points : 4
Avatar : William -sexy- Moseley
Autres comptes : aucun pour le moment
Pseudo/prénom : exotic (sarah)
Crédits : ava : exotic | sign : ©endlesslove.

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Sam 12 Sep 2015 - 22:20
tell me what you gone and done now! ∞ Harly
Elle faisait peine à voir. Je l’avais vu quelques fois dans cet état second, mais j’avais comme l’impression que ce soir, c’était pire. Elle n’avait probablement su gérer les doses. Après autant de mois passés, elle n’arrivait toujours pas à passer la mort de son frère. En même temps, comment pourrais-je lui en vouloir pour ça ? J’avais aussi du mal à fermer certaines portes. Tout ce que je pouvais faire, c’était être présent lorsqu’elle en avait le plus besoin. Même si cela signifiait être là lorsque c’était un déchet. Un déchet que je reconnais presque trop. Mais clairement, même si je n’aimais pas ça, je ne pouvais pas lui reprocher ce que je faisais moi. « Harlow, regardes moi. » Ma voix était compatissant, un poil autoritaire. J’avais peur pour elle. Je sentais ses muscles se crispaient de temps en temps, et je n’aimais clairement pas ça. « Je suis désolée. J’en avais besoin. » Je secouais la tête de désapprobation, mais ce n’était clairement pas l’heure des engueulades. Elle en entendra parler plus tard. « Je suis là, ça va aller… » Soufflais-je tendis que je caresser son visage. « Je veux rentrer. » « D’accord, on va y aller doucement. » Je me remis légèrement debout tout en continuant à maintenir sa tête. « Tu peux arriver à te lever ? » Elle ne me répondit pas mais essaya instinctivement. Elle fût prise d’un vertige aussitôt et m’emporta à terre avec elle. « C’est pas grave, Harlow. On va essayer autre chose. » Je me remis légèrement debout, bougea juste à côté d’elle, plaça un bras sous son dos, et un sous ses genoux. « Fermes les yeux, chou. Et agrippes toi à moi. » Elle s’exécuta sans me contredire, et quelques secondes plus tard, je finis par la soulever et la porter dans mes bras. Sa tête se heurta sur mon épaule tandis que je laissais cette pauvre ruelle derrière moi. Mon regard se posa doucement sur elle, le cœur complètement serré. « Plus jamais Harlow plus jamais… » Soufflais-je entre mes dents. Je ne savais plus comment l’aider. Je me retrouvais très souvent dans sa position à cause de l’alcool. Mais la drogue non. Les joints passaient de temps en temps dans ma bouche mais je n’arrivais jamais à dépasser ce stade. Savoir qu’Harlow était dans cette pente m’emplissait d’un sentiment de colère et d’impuissance. Quelques secondes plus tard, on arriva devant ma voiture. « Je te remet debout, ca va aller ? » Elle acquiesça dans un soupire avant de s’aider de la voiture pour rester droite. J’ouvris la porte de la voiture, et la glissa à l’intérieur. J’en fis de même, et prit ensuite la direction de chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Washington
Harlow Campbell

Date d'inscription : 05/07/2015
Messages : 1353
Points : 12
Avatar : Candice Accola-King
Pseudo/prénom : .sassenach (Amélie)
Crédits : .sassenach (avatar) + tumblr&.sassenach (gifs) + exception (signature)

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Dim 13 Sep 2015 - 20:54
Tell me what you gone and done now!
sully & harlow
Mon estomac me donnait l'impression d'être dans des montagnes russes. Je le sentais remonter puis reprendre sa place d'un coup. Mon corps fatiguait de devoir lutter autant contre ces attaques qui venaient de toute part et moi-même je l'étais également. Je n'aurais pas eu le courage d'appeler Sully, je serais probablement restée dans cette ruelle, allongée sur l’asphalte humide et sale jusqu'à ce que cette descente violente ne soit plus qu'un souvenir, frais mais un souvenir malgré tout. Par chance, j'avais le blond près de moi. Une partie de moi savait que j'allais avoir le droit à un savon lorsqu'il jugerait que je serais apte à encaisser tout ce qu'il avait à me dire mais pour le moment il n'en fit rien et son soutien était tout ce dont j'avais besoin. Lorsqu'il me demanda si j'étais capable de me lever, je tentai de le faire en prenant appuie sur mes bras mais ces derniers cédèrent rapidement et il me rattrapa de justesse. A la place, il décida de me porter ce qui était sans doute la meilleure solution. Ma tête alla naturellement se poser contre son épaule et je fermai les yeux comme il me l'avait recommandé jusqu'à ce que nous ayons atteint sa voiture. Devant celle-ci, je me pressai contre la tôle pour garder un tant soit peu d'équilibre et la porte ouverte, je pénétrai à l'intérieur avec l'aide de Sully. Le contact mis et la voiture partie, je m'y un temps à reconnaître le chemin qu'il prenait et un vent de panique me gagna. Non ! Dis-je sans doute trop brusquement puisqu'il freina d'un coup en tournant la tête vers moi. Chez toi. Débutai-je en l'implorant du regard. Je veux pas que Skye et ma sœur me voient … s'il te plaît. Les larmes brouillèrent de nouveau ma vision tandis que j'attrapai son avant-bras pour le serrer doucement sans le quitter des yeux. Je veux pas qu'Harden sache. J'avais déjà été une déception pour ma famille suite à ma première overdose – et la plus sérieuse – je n'avais pas la moindre envie de lire le mécontentement dans les yeux de ma triplé. Et puis, ma famille avait encore le décès de Seth à gérer, ils n'avaient pas besoin que j'en rajoute une couche. Chez toi, s'il te plaît. Le suppliai-je une nouvelle fois. J'étais mal placée pour lui demander une seconde faveur mais je tenais réellement pas à rentrer chez moi et je me sentirai bien plus en sécurité chez lui alors qu'il serait près de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Sully B. O'Connell

Date d'inscription : 21/07/2015
Messages : 601
Points : 4
Avatar : William -sexy- Moseley
Autres comptes : aucun pour le moment
Pseudo/prénom : exotic (sarah)
Crédits : ava : exotic | sign : ©endlesslove.

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Mar 15 Sep 2015 - 21:15
tell me what you gone and done now! ∞ Harly
Se détruire de l’intérieur, c’était une cause que je connaissais que trop bien. C’était ne pas supporter la pression, ne pas supporter cet être perdu, ne pas accepter le regard des autres. C’était baisser les yeux de honte, vouloir s’en foutre des autres, envoyer tout valser, devenir égoïste, vouloir toucher la lune, se bruler les ailes, réaliser et tomber dans un enfer. C’était ne pas arriver à se relever tout seul. Et hélas, je connaissais bien ça. C’était peut être pour ça que j’étais l’un des seuls à la voir dans cet état, dans ce désespoir, dans sa chute infernale. Parce qu’au fond, on se comprenait, et elle savait sans doute que je ne la jugerai pas aussi vite qu’un autre. D’un mouvement très rapide de la tête, je m’assurais qu’elle allait bien, assise dans la voiture. Elle semblait être dans le flou, mal. J’avais envie de l’aider, de trouver les mots qui allaient la rassurer, mais hélas, seul le silence régnait dans la voiture. « Non ! » finit-elle par crier. Je pilai aussitôt, totalement paniqué. « Qu’est ce qui se passe ? » Je vérifiais mes rétroviseurs pour ne pas causer d’accident et la regarda de nouveau. « Chez toi. Je veux pas que Skye et ma sœur me voient…s’il te plait. Je veux pas qu’Harden sache. » Ses yeux m’imploraient d’une sincérité vertigineuse. Je secouais légèrement, contre cette idée :« T’es mal mon ange, tu survivras pas à vingt minutes de bagnole. » Je remis en marche la voiture, mais c’est sa main qui m’agriidement. « Chez toi, s’il te plait »  Je soupirai. Même comme ça, elle était têtue. « D’accord…d’accord. » Je mis mon clignotant, et fis rapidement demi-tour pour aller chercher l’entrée d’autoroute la plus proche. Elle semblait légèrement s’apaiser, refermant les yeux pour tenter de luter contre son mal intérieur. Sans doute avait-elle envie de vomir, sans doute avait-elle mal aux yeux avec toutes ses lumières. Sa tête finit par glisser doucement contre la vitre, et je m’assurais machinalement qu’elle allait bien : « Tu survis ? » Un grognement de sa part me fit comprendre qu’elle était encore éveillée. C’était déjà le plus important. Ma leçon arrivera plus tard, laissons la se reposer.

Alors que je franchissais le feu près de chez moi, elle eut un hoquet, relâcha sa tête et ses membres finirent par légèrement convulser. « Harlow, pas maintenant ! Me fait pas ça maintenant bordel ! » Criais-je alors que mon pied vint s’écraser sur l’accélérateur. Une crise d’épilepsie, je devais avouer que je ne l’avais pas vu venir. Je me garai à l’arrache, sorti de la voiture, et alla la récupérer. Elle semblait brulante, mais grelottait énormément. Je lui claquai quelques fois les joues pour la sortir de sa rêverie : « Harlow, réveille-toi ! Réveille-toi ! » Je la portai de nouveau dans les mains, fermant ma voiture, et entra par le garage dans la maison. Heureusement que ma chambre était au sous-sol, je n’étais pas certain d’avoir envie d’affronter mon paternel avec Harlow dans les bras. Elle finit par me supplier de faire quelque chose, de l’aider, de lui enlever tout ce mal. La première chose que je fis c’est d’entrer dans la salle de bain, de la déposer par terre, de vérifier ses poches, d’enlever ma veste et de vérifier la mienne, d’allumer l’eau de la douche, et de la récupérer à nouveau. L’eau chaude me percuta aussitôt, et ne pouvant plus soutenir son corps lourd, je finis par me laisser glisser à terre, avec elle dans les bras. Je lui enlevai quelques mèches mouillées du visage, en attendant que l’eau tente agir sur son état. « Ca va aller, bébé »
Revenir en haut Aller en bas
Washington
Harlow Campbell

Date d'inscription : 05/07/2015
Messages : 1353
Points : 12
Avatar : Candice Accola-King
Pseudo/prénom : .sassenach (Amélie)
Crédits : .sassenach (avatar) + tumblr&.sassenach (gifs) + exception (signature)

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Mar 15 Sep 2015 - 22:29
Tell me what you gone and done now!
sully & harlow
Cette sensation bien que familière me mettait hors de moi. Je détestai avoir l'impression d'être une moins que rien, d'être incapable de me relever de cette chute qui semblait ne plus en finir. J'étais fatiguée d'être celle que je redevenais, celle que j'avais détesté à chaque fois que je l'avais vu dans un miroir. Mon reflet me donnait régulièrement envie de vomir. Certes, le maquillage était de loin la meilleure invention pour toutes les personnes qui, comme moi, désiraient cacher certaines choses, seulement il ne faisait pas tout. Il ne pouvait pas camoufler ce qu'il y avait derrière ce regard presque éteint. Il ne pouvait pas cacher cette fille détruite par une vie pourtant assez clémente avec elle. Je n'avais jamais été à plaindre. J'avais des parents aimants, des sœurs merveilleuses et j'avais eu un frère qui avait été le modèle de toute une enfance et une adolescence. Cependant, on m'avait arraché une chose à laquelle je tenais, une chose précieuse que jamais plus je ne pourrais récupérer. Je me levais chaque matin avec cette pensée et avec ce trou béant au creux de ma poitrine qui semblait vouloir me rappeler encore et encore que Seth n'était plus là. De quelle manière étais-je supposée me remettre de ça, remonter la pente alors qu'il avait été là si souvent lorsque j'étais tombée ? Je ne voyais plus le bout du tunnel, ce bout où il s'était tenu pendant des années. Maintenant, j'avançai dans le noir, désespérée. C'était ce même désespoir qui m'avait poussé à reprendre, à faire cette chose que je m'étais pourtant promis de ne jamais refaire, cette chose contre laquelle je m'étais battue pendant des mois. J'espérai sans doute que de cette manière il me réapparaîtrait, que de voir les conneries que je faisais le pousserait à revenir près de nous pour me remettre sur le droit chemin car c'était tout ce que je voulais, l'avoir près de moi qu'importe pourquoi ou comment. Pourtant, je savais au fond de moi qui ça n'arriverait jamais mais l'humain est parfois idiot et je pouvais l'être énormément. Alors j'avais retouché à la drogue et je continuai de le faire parce que j'y trouvai le réconfort dont j'avais besoin pour tenir le choc. Je n'étais plus qu'une petite chose fragile, une enveloppe vidée de son âme. Sans certaines personnes dans ma vie j'aurais probablement complètement coulé. A force de battre des pieds pour garder la tête hors de l'eau je fatiguai et, souvent, je me laissai couler avant de remonter brusquement - parfois trop - à la surface. Sully était l'une de mes bouées de sauvetage, l'une des plus précieuses, celle qui ne flanchait jamais lorsqu'il s'agissait de me sauver. Je lui devais tellement sans pour autant être capable de lui revaloir. Ce soir encore il avait volé à mon secours.

J'ignorai ce qu'il faisait auparavant mais ce devait être toujours plus intéressant que de sauver une pauvre fille à deux doigts de l'overdose, couchée dans une ruelle humide à côté de son vomis. Mais il était là et c'était tout ce qui importait à mes yeux, y compris lorsque la panique me gagna alors que je reconnu la route qu'il empruntait. Évidemment que mon cri l'avait effrayé. Évidemment que le temps de trajet l'avait inquiété étant donné mon état, toutefois il céda malgré tout et je me détendis durant une grande partie de la route empruntée pour rentrer à Fairfax. Ce fut peu de temps après le panneau de la ville passé que je me mis à me sentir de nouveau vraiment très mal. Mes mains furent les premières à se mettre à trembler puis mon cœur s'emballa et dans un hoquet de panique ce fut tout le reste de mon corps dont je perdis le contrôle. Harlow, pas maintenant ! Me fait pas ça maintenant bordel ! L'entendis-je hurler mais c'était déjà trop tard. Je ne pouvais plus rien faire hormis assister à la scène tel un spectateur face à un film. C'était comme être repoussée dans un coin de ma tête. Je voyais, j'entendais et je ressentais tout mais ça s'arrêtait là. Même les claques de Sully ne parvinrent pas à me faire revenir. Il dû me porter jusque dans sa salle de bain afin de nous mettre sous un jet d'eau chaude qui sembla détendre les muscles crispés de mon corps. Ça va aller, bébé Les tremblements continuèrent quelques minutes et s'estompèrent petit à petit, tout doucement tandis que je retrouvai cette sensation étrange de revenir dans mon propre corps. J'ignorai si c'était l'eau de la douche ou des larmes qui coulaient le long de mes joues, je savais juste être brusquement épuisée. Je laissai ma tête tomber contre l'épaule de Sully en attrapant l'une de ses mains dont je nouai les doigts aux miens. Me laisse pas. Soufflai-je d'une voix légèrement lointaine en resserrant doucement ma main dans la sienne. Je ne veux pas que toi aussi tu m'abandonnes. Je veux que tu restes près de moi. Je ne veux pas te perdre Sully, je le supporterais pas. C'était de l'égoïsme mais qu'est-ce que ça pouvait bien faire ? J'avais besoin de lui, je tenais beaucoup trop à lui pour accepter qu'il me soit également arraché. Lentement, je rouvris les yeux et penchai la tête à la fois pour ne pas recevoir de l'eau qui m'aveuglerait mais aussi pour tenter d’apercevoir son visage, ce visage qui m'avait fait fondre petite mais également plus tard, lorsque mon cœur s'emballait à chaque fois qu'il me touchait. J'étais même persuadée que derrière ses battements effrénés dus à tout ce que je venais de lui faire endurer, mon palpitant s'emballait également pour la même raison que par le passée ou alors mon cerveau partait trop loin ...
Revenir en haut Aller en bas
Sully B. O'Connell

Date d'inscription : 21/07/2015
Messages : 601
Points : 4
Avatar : William -sexy- Moseley
Autres comptes : aucun pour le moment
Pseudo/prénom : exotic (sarah)
Crédits : ava : exotic | sign : ©endlesslove.

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Mer 16 Sep 2015 - 9:01
tell me what you gone and done now! ∞ Harly
Comment être certain qu’elle allait bien aller après ça ? Comment savoir si je faisais les bonnes choses ou pas ? Je n’en étais pas certains. J’improvisais totalement. Je l’avais déjà vu sous l’emprise de ses conneries, mais jamais vraiment à ce point. Jamais autant. Et je devais avouer, qu’en plus de devoir assurer, je tentais de calmer mon cœur battant. Comment avait-elle pu faire ça ? Et s’il lui était arrivé quelque chose ? Comment a-t-elle pu nous faire ça ? Me faire ça ? A cette simple idée, je la tins un peu plus fort alors que je la mettais sous la douche. Il y avait une résonnance dans la scène, qui me m’était cependant mal à l’aise. Comme si, c’était l’hôpital qui se foutait de la charité. Comme si, moi, je n’avais pas le droit de m’occuper d’elle parce que des nuits, je me retrouvais aussi vaseux et piégé dans mes démons qu’elle. Comme si, moi, ce moins que rien ne pouvait pas lui faire la leçon. En soit, je n’étais pas certain d’être autorisé. J’avais été dans cet état il y a deux jours, accroché aux toilettes, à la limite d’un coma. Et au lendemain d’une bonne gueule de bois, j’avais ce goût d’amertume en bouche. Que je me bousille la vie, c’était une chose. Mais, pas elle. Elle n’avait pas ce privilège là.  L’eau nous avait mouillés presque instantanément, me laissant comprimer dans mon t-shirt et dans mon jean. Pourtant, même si je détestais cette sensation d’emprisonnement, je devais avouer que j’étais bien avec elle dans les bras. Le temps avait semblé s’arrêté, je l’entendais claquer des dents au début, alors que les tremblements continuaient à persister légèrement. Ce n’est qu’à un moment, ou je le senti presque glisser dans mes bras, presque soulagée de ne plus avoir à combattre son propre corps. Elle devait être épuisée, et moi aussi d’ailleurs. Elle m’avait fait une peur bleue, et combattre ça, n’avait pas été une partie de plaisir. Elle finit par nouer sa main dans la mienne. « Me laisse pas…Je ne veux pas que toi aussi tu m’abandonnes. » Je plongeais mes yeux dans les siens. Comment pouvait-elle penser que j’allais l’abandonner une seconde ? C’était hors de question. Si je m’étais rouvert à cette vie, c’était grâce à elle. « Je veux que tu restes près de moi. Je veux pas te perdre Sully, je ne le supporterais pas. » J’eus une pointe de tristesse envers elle. Je savais ce que ça faisait de perdre un être cher, je savais ce que c’était de devoir vivre avec son souvenir douloureux alors qu’on y était clairement pas préparer. J’avais resserré mon étreinte un peu plus tandis qu’elle relevait la tête vers moi. Mon front vint se coller sur le sien en guise de réponse. « Jamais je te laisserai, Harlow. Tu m’entends ? » Elle comptait beaucoup plus que quiconque dans ma vie en ce moment. Je ne saurai dire ce qu’il m’a prit ensuite, j’avais comme l’envie de celer ce pacte, cette promesse. Mes lèvres vinrent chatouiller les siennes pour s’y poser doucement. Un baiser rapide et timide je devais avouer, mais qui me fit frissonner encore par bien des manières. Je me séparai d’elle, un peu perdu par ce que je venais de faire, et embrasser à nouveau son front avant d’ajouter : « T’es glacée. On va sortir de là. » Elle acquiesça et tenta de se lever avec mon aide. Elle tituba un instant, son corps pas préparer à ça, mais tint debout après quelques secondes. Arrêtant l’eau, je finis par la rejoindre hors de l’eau. Le sol fût mouillé instantanément, et alors que je me passais une main dans les cheveux, m’agroupait devant un tiroir pour en sortir deux serviette. Elle attendait, les bras recroquevillée sur elle, avant que je l’enroule de la serviette rapidement. Elle me sourire de ses lèvres un peu bleutée, savourant la chaleur de cette serviette sèche. J’enlevai instinctivement mon t-shirt qui me collait à la peau et prit la serviette pour essuyer un peu mon visage. « Attends, bouge pas. » Je sortie un instant, et revint avec du linge propre : un de mes t-shirt et un jogging. Elle s’était accoudée au rebord de l’évier, les yeux mi-clos. Elle semblait épuisée, et même si j’avais envie de lui laisser un peu d’intimité pour se changer, je savais qu’elle en était incapable. « Je vais t’aider. » Elle se releva instantanément à ma voix, mais ne bougea pas plus quand je m’approchais d’elle. Je saisis la serviette en premier, chassant ses bras doucement dans une caresse. Elle se laissa faire, son regard persistant sur moi. Elle tomba rapidement en sol, dévoilant son buste totalement visible sous son chemisier à carreau. Je n’y avais pas prêté attention tout à l’heure, mais j’y voyais sa poitrine presque trop dénudé, son ventre plat que j’adorais tant chatouillé à l’époque. Je déglutis sauvagement, alors que mon regard n’arrivait pas à quitter son buste. Le sien était toujours planté sur moi, me défiant presque d’enlever ça. Après une seconde d’étourdissement, mes mains virent s’aventurer sur un premier bouton, puis sur un second, effleurant sa peau à quelques occasions. Malgré les circonstances, elle était magnifique, comme toujours. Le chemisier vint rapidement rejoindre la serviette à terre, la laissant à demi-habillée d’un jean. Nous ne parlions pas, trop perturbés je pense par la situation, nous ramenant à bien des semaines en arrière. J’entendais son souffle légèrement frénétique, et j’aurai parié cependant qu’elle se forçait à retenir sa respiration. Mes mains commença par la toucher sur les flancs, puis descendre un peu plus, et vint s’attaquer aux des boutons qui nouaient son jean. Je m’accroupis quelques secondes plus tard pour le lui enlever. Elle déposa ses mains sur mes épaules nues pour s’aider. J’eu tout la peine du monde à rester concentrer sur ma tâche, et après avoir envoyé valser le jean, je me remis debout, encore plus proche d’elle. La dernière étape me semblait franchement compliquée. Je n’arriverai certainement pas à garder mon contrôle envers elle…alors que ce serait abuser de la situation. Non, je ne pouvais pas. Mais j’étais comme figé, absorbé par son regard, et ses bretelles de soutien-gorge que j’aurai voulu faire glisser sur ses épaules. En avais-je au moins le droit ?
Revenir en haut Aller en bas
Washington
Harlow Campbell

Date d'inscription : 05/07/2015
Messages : 1353
Points : 12
Avatar : Candice Accola-King
Pseudo/prénom : .sassenach (Amélie)
Crédits : .sassenach (avatar) + tumblr&.sassenach (gifs) + exception (signature)

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Mer 16 Sep 2015 - 20:36
Tell me what you gone and done now!
sully & harlow
Ma peau brûlait par endroits, à ceux où je pouvais sentir très nettement la chaleur de son corps. C'était une sensation agréable et rassurante à la fois. Elle m'avait fait défaut et me plongeait dans un passé récent qui me manquait plus que je ne l'aurais imaginé. La sécurité de ses bras, la douceur dont il faisait toujours preuve me concernant, l'inquiétude qu'il éprouvait lorsqu'il s'agissait de mon bien-être, toutes ces petites choses simples me manquaient. J'en avais cruellement besoin, plus que ça n'avait pu être le cas autrefois et à présent que j'en bénéficiai ne serait-ce qu'un peu j'aurais souhaité que jamais plus ça ne s'arrête. Même s'il n'y avait rien d'agréable à être au bord du gouffre, à être à deux doigts de l'overdose, à deux doigts de la rupture et que l'eau alourdissait désagréablement mes vêtements, j'étais bien près de Sully. Je m'apaisai doucement, comme si en plus de cette douche calmante, mon cœur parvenait à capter les battements de celui du blond, moins torturé que le mien à cet instant. C'était comme s'il se calait dessus pour me permettre de redescendre en douceur. Mes tremblements cessèrent définitivement me permettant ainsi de prendre la parole. J'avais exprimé ma crainte de le perdre lui aussi, de le voir m'être arraché brutalement. Je ne pourrais jamais le supporter, je ne pourrais jamais surmonter une nouvelle perte, encore moins la sienne. Lui était peut-être certain de ne jamais m'abandonner, mais moi je vivais dans le doute depuis quelques mois. Jamais je te laisserai, Harlow. Tu m’entends ? Mon regard ancré dans le sien, je pouvais ressentir toute la sincérité de ses paroles, toute la force qu'il mit dans cette promesse avant que ses lèvres ne viennent effleurer puis se poser doucement sur les miennes. Ce fut rapide mais bien assez pour qu'une vague de bien-être s'empare de moi et chasse mes terribles démons même si ce n'était que pour un temps. C'était mieux que rien et je me satisfaisais de cela bien plus qu'il ne pouvait le penser. T’es glacée. On va sortir de là. S'enchaînèrent plusieurs actions dont la plus difficile fut non pas de sortir de la baignoire - bien que ce ne fut pas une mince affaire – mais bien de devoir m'éloigner de Sully ne serait-ce que de quelques centimètres. Silencieuse, je le laissai m'entourer d'une serviette dont la chaleur me fit sourire malgré le poids lourd de mes vêtements. Je le regardai quitter la salle de bain, serrant les pans de la serviette autour de moi y compris lorsqu'il revint avec des vêtements à lui tout en m'étant appuyée contre le lavabo entre temps.

Je vais t’aider. Je me redressai d'un coup, peut-être un peu trop brutalement puisque je vis des tâches noires danser sous mes yeux quelques secondes. Je le laissai faire, que ce soit ôter ma serviette en frôlant ma peau ou lorsqu'il commença à déboutonner les boutons de ma chemise. Mon cœur, quant à lui, s'emballait. Ma respiration se saccadait ou se coupait lorsque je sentais ses doigts effleurer ma peau. Mon estomac se contractait agréablement et je cessai brutalement de respirer alors que Sully s'attaquait à mon jean. En appuie sur ses épaules chaudes alors qu'il m'aidait à m'en débarrasser une bonne fois pour toute, j'avais de plus en plus de mal à respirer convenablement, mon corps étant bien trop secoué par cette envie soudaine d'être contre lui, de l'avoir pour moi comme ça avait déjà été le cas auparavant. Mon regard suivi le sien quand il fut relevé et je compris immédiatement que lui-même était torturé par les mêmes pensées et probablement la même envie bien qu'il sembla assez fort pour résister. Mais, son corps si près de mien, je pouvais encore sentir sa chaleur aussi nettement que dans la baignoire. Si lui était fort, ce n'était pas mon cas. J'étais faible et, à cet instant, je l'acceptai plus que jamais. Je m'approchai un peu plus. Je pris délicatement une de ses mains et la posai sur ma hanche, un contact qui me fit frissonner aussitôt. Mes mains, quant à elles, allèrent faire glisser les bretelles de mon soutien-gorge avant de tout bonnement le dégrafer. De nouveau, je m'approchai de Sully. Je ne laissai qu'un espace très minime entre nos deux corps. Je dû lever la tête pour croiser son regard, mon souffle quasiment inexistant lorsque ce fut le cas. Je veux être à toi au moins ce soir. Je veux compter pour toi autant que tu comptes pour moi. Soufflai-je sans détourner mes iris des siens. Oh je n'avais pas la moindre idée de ce dans quoi je m'engageai bien que ça ne changeait absolument pas la sincérité de mes paroles. Même si notre histoire était terminée, mon attachement pour lui n'avait jamais disparu, je l'avais simplement refoulé persuadée que c'était bien mieux ainsi, seulement je tenais à lui. J'ignorai encore de quelle manière mais cette sensation au creux de mon estomac, cette chaleur qui m'enveloppait et les battements rapides de mon cœur laissaient comprendre que ce soir, à ce moment précis, je ne désirai que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Sully B. O'Connell

Date d'inscription : 21/07/2015
Messages : 601
Points : 4
Avatar : William -sexy- Moseley
Autres comptes : aucun pour le moment
Pseudo/prénom : exotic (sarah)
Crédits : ava : exotic | sign : ©endlesslove.

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Jeu 17 Sep 2015 - 21:49
tell me what you gone and done now! ∞ Harly
Si dans la voiture, j’aurai juré qu’on serait passé par la case lit, ce ne serait certainement pas pour cette raison. J’aurai juré qu’on allait s’écrouler tous les deux morts de fatigue, peut être dans les bras l’un de l’autre, mais en aucun cas en dépassant cette limite. D’ailleurs quelle était la limite déjà ? Nous avions été amant. Nous avions été amis. Et maintenant, qu’est ce que ça allait devenir si on franchissait cette ligne ? La question me trotta un instant dans la tête alors que mes yeux la dévoraient pleinement. Elle et son doux visage encadré par ses cheveux mouillés, elle et son corps ruisselant des dernières goutent, sa poitrine sous sa lingerie fine, ses jambes fines. J’avais l’impression qu’elle se donnait tout bonnement, comme une grappe de raisin sur un plateau d’argent. Etait-ce vraiment bien ? Mon cœur ne cessait de battre, peut être un peu trop fort. Elle me regarda un instant, arrêté sur ce spectacle, mais elle finit par reprenne les reines, me prenant une main et la posant de nouveau sur sa hanche. Ses mains vinrent rapidement faire glisser les bretelles, avant de détacher le surplus. J’humidifiais rapidement mes lèvres, la gorge sèche et serrée par cette vision, ce que j’avais eu autrefois. Avais-je le droit ce soir de pouvoir m’y replonger un instant ? Elle s’approcha de moi sentant complètement son corps nu contre le mien. « Je veux être à toi au moins ce soir. Je veux compter pour toi autant que tu comptes pour moi. » Putain. Comment pouvait-elle me dire ça ? Comment pouvait-elle réagir comme ça ? Ma deuxième tête me dictait quoi faire. L’embrasser maintenant. Passionnément. Sauvagement. Sans relâche. La plaquer contre ce lavabo. Lui remonter les jambes, lui caresser tous le corps. Lui déposer des baisers. La faire gémir. La faire suer. La faire perdre la tête une seconde fois.

Mais ce n’est pas ce que je fis. Ce n’est clairement pas ce que mon vrai cerveau fit. Mes mains remontèrent le long de ses flancs, en profitant pour caresser sa peau douce et légèrement ses seins, puis vinrent attraper son visage. « Harlow…Tu comptes pour moi, beaucoup plus que tu ne l’imagines. J’ai pas besoin de ça pour te le prouver. » J’approchais mon front contre le sien, plongeant mon regard dans le sien. « Et même si cette vision m’enchante, crois moi, et que j’ai terriblement envie de toi, là maintenant. T’es pas en état… » Je murmurais maintenant, comme si ces murmures n’avaient presque aucun sens. Mais, à vrai dire, ils étaient plus censés que mes sentiments à ce moment précis. Prenais-je la bonne décision ? Après tout, elle tenait à peine debout, comment pouvait-elle imaginer même de faire l’amour maintenant ? Non, vraiment, ce ne serait pas raisonnable. Je me séparais légèrement d’elle, prit le t-shirt, et finit par le lui enfiler pour la couvrir. Je lui tendis maintenant un de mes caleçons. « Tiens, met le, je suppose qu’une culotte mouillée, ce n’est pas agréable » Je lui souris tendrement, avant de lui déposer un bisou sur la joue, et m’enfuir de la salle de bain où la tension était encore trop palpable. Une fois dans ma chambre, je vidais cette respiration que je tenais dans un gros soupire. Oh la vache. Je pris quelques micro secondes le temps de me ressaisir, et marcha en direction de mon armoire. J’enlevais mon jean trempé et mon boxer, me retrouvant totalement nu. Au moment où j’enfilais un caleçon, j’entendis Harlow entrer dans ma chambre, et lorsque je me retournai, un léger sourire s’était installé sur ses lèvres. Contente que le spectacle te plait, dis donc. Elle avait avancé vers mon lit s’y posant délicatement en m’attendant. J’allumai la petite lumière près de mon lit, éteignit la grande et finit par la rejoindre. « T’as besoin de quelque chose avant de dormir ? » Elle secoua la tête comme une enfant qu’on aurait grondé. « D’accord. » Je soulevai la couette et finit par m’allonger totalement. Je la regardai faire de même, totalement gênée, ce qui au fond m’amusa un petit peu. Je finis par ouvrir mon bras et la regarda : « Allez viens…»
Revenir en haut Aller en bas
Washington
Harlow Campbell

Date d'inscription : 05/07/2015
Messages : 1353
Points : 12
Avatar : Candice Accola-King
Pseudo/prénom : .sassenach (Amélie)
Crédits : .sassenach (avatar) + tumblr&.sassenach (gifs) + exception (signature)

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Ven 18 Sep 2015 - 19:28
Tell me what you gone and done now!
sully & harlow
Si j'avais été réellement démunie de toutes mes forces, mon corps se serait mis à trembler. Ce n'était pas la descente ni même la peur que j'avais ressenti en reconnaissant les symptômes de l'overdose, c'était tout autre chose, quelque chose de bien plus agréable. Je le désirai. Tout mon corps réclamait plus de proximité, plus de chaleur et plus de bien-être. La tension était montée d'un cran et je n'avais pas tenté de m'en éloigner, bien au contraire. Il était vrai que je n'avais pas la moindre idée de s'il s'agissait simplement des effets secondaires dus à ce que j'avais consommé ou s'il s'agissait de ce que je voulais vraiment. La réalité et l'irréalité semblaient posséder une frontière si mince ce soir qu'au final chercher à savoir paraissait totalement futile. Je laissai mon corps s'exprimer ainsi que mes désirs sans chercher à savoir si je le regretterai par la suite. Une partie de moi le savait. Elle savait ce que je ressentais réellement, ce que je refoulais depuis notre rupture car même si j'étais perdue, mes sentiments étaient toujours là, enfouis quelque part car il m'était impossible de m'en défaire totalement. Jusqu'à présent je n'avais aimé qu'une fois et la personne qui avait eu le droit à cet amour était face à moi, à quelques centimètres seulement de mon corps. Mon rythme cardiaque continua de s'accélérer à mesure que les secondes s'écoulaient et mon regard ne se détachait plus de celui de Sully. S'il n'agissait pas rapidement je le ferais, sans la moindre hésitation. Je le voulais. Je le voulais maintenant et sentir ses doigts effleurer ma peau ne fit que doubler ce désir avant que tout ne retombe d'un coup. Harlow…Tu comptes pour moi, beaucoup plus que tu ne l’imagines. J’ai pas besoin de ça pour te le prouver. J'aurais voulu grogner de mécontentement, comme une petite fille qui vient de se voir refuser un caprice par un de ses parents mais j'en fus incapable.

Aussi frustrée que je pouvais l'être à cet instant, notre proximité était encore trop importante pour que je parvienne à me calmer totalement. Et même si cette vision m’enchante, crois moi, et que j’ai terriblement envie de toi, là maintenant. T’es pas en état… Je mordis l'intérieur de ma joue pour ravaler cette frustration qui venait d'augmenter et qui me poussa presque à me jeter sur Sully contre son accord. Je me contentai plutôt de baisser les yeux vers le sol de la salle de bain tandis qu'il attrapait les vêtements propres et surtout secs qu'il avait apporté auparavant. Il m'aida à enfiler son haut avant de s’éclipser rapidement hors de la salle de bain après m'avoir tendu un de ses caleçons. Je restais avec le bout de tissu un instant sans rien faire. Je pris alors conscience que j'avais cessé de respirer et je laissai une grande bouffé d'air atteindre mes poumons qui m'en furent plus que reconnaissants. Mes iris tombèrent sur le sous-vêtement que je tenais. Je me débarrassai du mien et l'enfilai avant de trouver le courage de quitter la pièce pour rejoindre la chambre du blond. Le spectacle que je vis alors me fit sourire. Ce n'était certes pas la première fois, mais il était toujours agréable de le voir dans son plus simple appareil et le sourire qui avait pris place au coin de mes lèvres ne faisait que le confirmer. Sans le quitter du regard, je rejoignis son lit où je m'assis, genoux ramenés contre ma poitrine avant qu'il ne rejoigne. D'abord interdite lorsqu'il se glissa sous la couette - car peu certaine d'être capable de contenir mon envie une fois de plus - j'en fis de même et le regardai en silence.

Je mordillai ma lèvre inférieure, n'osant m'approcher plus de lui, subitement timide comme jamais. T’as besoin de quelque chose avant de dormir ? Je secouai la tête de gauche à droite en guise de réponse. La seule chose que je voulais pour le moment, il me l'avait refusé, pour le reste et bien j'étais bien obligée de m'en contentée. Allez viens… Cette invitation à aller me loger contre lui, je ne le refusai pas. La tête posée contre sa poitrine je pouvais entendre nettement le battement de son cœur. Da-dum, da-dum, da-dum. Aussi mélodieux que la poésie anglaise que j'adorai depuis toujours. Un rythme si similaire à celui que Shakespeare lui-même utilisait dans ses pièces et ses poèmes. Mes doigts glissèrent le long de sa peau chaude et se mirent à tapoter au même rythme avant que, soudainement, je me redresse et le regarde. Je pensais ce que j'ai dis tout à l'heure. Dis-je en recommençant à mordre ma lèvre. La première comme la seconde partie ... surtout la seconde partie. La première je ne parvenais toujours pas à savoir si c'était un trop plein d'émotions qui parlait ou une véritable envie. Je sais que notre rupture c'était un accord commun et une part de moi sait que c'est probablement mieux comme ça, mais une plus grande encore n'est pas d'accord du tout. Mais ... je ne sais pas. C'est dur de tirer un trait sur les sentiments que j'ai pour toi. J'essaye d'oublier, d'écraser, de passer à autre chose seulement je reviens toujours vers toi, comme un aimant. Et pourtant, pourtant je ne sais pas si c'est simplement que je t'aime ou si je suis totalement amoureuse de toi au point d'être assez folle pour accepter de rompre. Et ... c'est tout, c'est comme ça, j'ai besoin de toi dans ma vie parce que tu fais partie de moi et que ça sera toujours le cas. Voilà qui était dit ! Peut-être aurais-je mieux fait de me taire mais quitte à être totalement perdue, autant que Sully le sache. J'ancrai mes iris dans son regard et, dans l'attente de sa réaction, je cessai presque de respirer.
Revenir en haut Aller en bas
Sully B. O'Connell

Date d'inscription : 21/07/2015
Messages : 601
Points : 4
Avatar : William -sexy- Moseley
Autres comptes : aucun pour le moment
Pseudo/prénom : exotic (sarah)
Crédits : ava : exotic | sign : ©endlesslove.

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Dim 20 Sep 2015 - 19:01
tell me what you gone and done now! ∞ Harly
L’espace d’un instant, j’en avais oublié où nous étions. J’en avais oublié le temps, les soucis, ce qui l’avait mise dans cet état, ce qui nous étaient arrivés. J’avais comme l’impression que cette bulle qu’étais la salle de bain à ce moment précis, nous avait transporté dans un espace-temps particulier où seul elle et moi étions la clé. Notre clé. Hélas, j’y avais m’y fin, simplement parce que cela me semblait plus approprié. Simplement parce que je n’avais pas envie de passer encore pour un connard qui profite de la situation, du moins pas avec elle. Alors, j’avais simplement proposé qu’on aille dormir, malgré toute cette tension qu’on dégageait dans l’air. Une fois allongée, je finis par ouvrir le bras, pour qu’elle s’y loge. J’avais peut être coupé court tout à l’heure, me passer d’elle me semblait presque impossible. Elle finit loger sa tête sur ma poitrine, et ma main vint se reposer dans ses cheveux pour les lui caresser doucement. En guise de réponse, ses doigts vinrent caresser ma peau nue qui me fit frissonner. On aurait bien pu dormir comme ça, le silence régnant dans la maison, mais au bout de quelques secondes, elle avait changé d’avis. « Je pensais ce que j’ai dis tout à l’heure… » Commença-t-elle après s’être vaguement levée. « La première comme la seconde partie, surtout la seconde partie.  Je sais que notre rupture c'était un accord commun et une part de moi sait que c'est probablement mieux comme ça, mais une plus grande encore n'est pas d'accord du tout. Mais ... je ne sais pas. C'est dur de tirer un trait sur les sentiments que j'ai pour toi. J'essaye d'oublier, d'écraser, de passer à autre chose seulement je reviens toujours vers toi, comme un aimant. Et pourtant, pourtant je ne sais pas si c'est simplement que je t'aime ou si je suis totalement amoureuse de toi au point d'être assez folle pour accepter de rompre. Et ... c'est tout, c'est comme ça, j'ai besoin de toi dans ma vie parce que tu fais partie de moi et que ça sera toujours le cas. » Cette bombe qu’elle venait de me lâcher, j’étais peut être pas prêt à l’entendre. Peut être jamais d’ailleurs. Comment  pouvait-on aimer un minable et un moins que rien ? Parce que je devais avouer, c’était une raison de notre rupture. Et Odélia mais ça c’était un autre sujet que j’avais toujours évité. Les deux raisons pour laquelle, j’avais commencé cette discussion de ‘On serait mieux amis’. Et voilà qu’elle refaisait surface, de nulle part. Etait-ce les médicaments qui parlaient encore ? Etait-ce une bonne chose ? Je fus perdu en quelques secondes, la regardant attendant une réponse de ma part. J’étais partagé entre l’embrasser sans penser aux conséquences…ou tenter de démêler ce qu’elle tentait de me dire. La première solution me semblait plus…simple, mais clairement nous savions tous les deux où ça allait nous mener, et elle n’était pas en état. La seconde…me semblait comme une montagne à gravir. Je n’étais pas certains de comment je devais réagir, mais après quelques secondes, je finis par me relever doucement vers elle. Ma main vint caresser sa joue avant de glisser une mèche derrière son oreille. « Je sais pas quoi dire Harlow. Tu sais combien il m’est difficile de m’exprimer niveau sentiment depuis… » Depuis qu’elle m’avait brisé le cœur, depuis que l’amour de ma vie m’avait simplement oublié. Comme un claquement de doigt. Comme une flamme éteinte par le vent. Comme une goutte d’eau venant s’écraser sur le sol. « Je pense que notre rupture était nécessaire. Je ne dis pas simplement parce que je ne t’aimais pas, non bien au contraire. Tu m’as fait aimer de nouveau la vie Harlow. T’as été mon rayon de soleil pendant des semaines. Mais…ma vie était et reste compliquée… » Ma main vint caresser doucement son bras pour finalement saisir sa main et entrelacer nos doigts. « Je ne sais pas ce que nous sommes aujourd’hui et je ne sais pas ce que nous réserve la vie, mais une chose est sûre c’est que j’ai besoin de toi autant que tu as besoin de moi. » Je plantais mes iris dans les siens « Et j’étais aussi sérieux que toi. Je ne compte pas partir, t’abandonner, te laisser ou t’oublier, j’en serai incapable. » Mon cœur finalement s’était ouvert un peu plus, mais c’était tout ce que je pouvais sortir pour le moment. Alors, je finis par m’avancer un peu plus vers elle, ma main remontant jusqu’à son menton, et sans réfléchir, peut être emporté par ces aveux qui donnaient légèrement le tournis, je posais de nouveau mes lèvres sur les siennes. Meilleure amie ? Non, elle était bien plus. Elle était mon tout à ce moment précis. Et même si ça signifiait beaucoup, je savais qu’au fond, elle ne serait jamais le tout de ma vie. Mais ça, c’était autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Washington
Harlow Campbell

Date d'inscription : 05/07/2015
Messages : 1353
Points : 12
Avatar : Candice Accola-King
Pseudo/prénom : .sassenach (Amélie)
Crédits : .sassenach (avatar) + tumblr&.sassenach (gifs) + exception (signature)

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Lun 21 Sep 2015 - 10:21
Tell me what you gone and done now!
sully & harlow
Mes poumons commencèrent à être en alerte. A force de retenir ma respiration comme j'étais en train de le faire j'allais probablement virer bleu. C'était le seul moyen auquel j'avais pensé pour faire ralentir les battements de mon cœur. Il ne s'agissait pas de remords mais de crainte. Je craignais d'en avoir trop dit. Peut-être aurais-je mieux faire de garder ces pensées pour moi, ça aurait été moins risqué ... Seulement, l'état dans lequel je me trouvai m'en empêchai. Si je ne planai plus et que je n'étais plus à deux doigts de finir aux urgences à m'étouffer dans ma propre salive, j'avais cette tendance à toujours trop parler lorsque je reprenais pleinement mes esprits. C'était comme avoir conscience de tout trop subitement et de vouloir tout dire avant d'oublier ou de perdre courage. Mais est-ce que Sully était prêt à entendre quelque chose comme ça ? Je ne pouvais pas le savoir, ce que je regrettai pour être sincère. J'aurais voulu pouvoir anticiper sa réaction, malheureusement à la place j'étais dans l'attente et elle devenait insupportable. Ce ne furent que quelques secondes, une bonne minute à tout casser, mais pour moi c'était déjà trop et lorsqu'enfin le blond ouvrit la bouche je pus en faire de même et ainsi laisser l'air emplir mes poumons d'oxygène. Je sais pas quoi dire Harlow. Tu sais combien il m’est difficile de m’exprimer niveau sentiment depuis… Nerveuse, je me remis à mordre ma lèvre. A cette vitesse j'allais finir par me la couper, mais ça n'avait pas d'importance. Je savais la raison pour laquelle il avait du mal à exprimer ses sentiments. Il me l'avait déjà expliqué et je ressentis un léger pincement au cœur. J'aurais voulu trouver cette fille, maintenant, et lui dire ses quatre vérités, lui faire comprendre combien elle avait été chanceuse d'avoir cet homme dans sa vie et à quel point elle avait été stupide de le laisser tomber. J'aurais voulu lu dire à quel point elle ne méritait pas l'amour qu'il pouvait éprouver pour elle, mais à la place je restai là, à regarder Sully en sentant mon cœur se serrer. Je pense que notre rupture était nécessaire. Je ne dis pas simplement parce que je ne t’aimais pas, non bien au contraire. Tu m’as fait aimer de nouveau la vie Harlow. T’as été mon rayon de soleil pendant des semaines. Mais…ma vie était et reste compliquée… Je ne sais pas ce que nous sommes aujourd’hui et je ne sais pas ce que nous réserve la vie, mais une chose est sûre c’est que j’ai besoin de toi autant que tu as besoin de moi. Et j’étais aussi sérieux que toi. Je ne compte pas partir, t’abandonner, te laisser ou t’oublier, j’en serai incapable. Mon myocarde manqua un battement à chaque douce parole que Sully prononça. Mes joues étaient en feu et nos doigts entrelacés me donnaient encore plus envie de m'emparer de ses lèvres, de l'avoir pour moi et rien que pour moi cette nuit. Mais je fus sage et je me contentai de respirer aussi posément que possible sans détourner mon regard du sien. Sentir une nouvelle fois ses lippes sur les miennes me fit frissonner, un long frisson que je ne tentai pas de dissimuler. J'en profitai un long instant avant de détacher ma main de la sienne pour la poser sur sa joue. A contre cœur, j'éloignai mon visage du sien de quelques centimètres. La mienne est un gros bordel. Soufflai-je, un petit sourire au coin des lèvres. Je ne vais pas oser demander une seconde chance mais ... j'aimerais juste qu'on voit ensemble jusqu'où nos chemins vont ensemble. Je le regardai ensuite, humidifiant mes lèvres, ma main toujours posée sur sa joue. Je laissai le silence reprendre sa place de maître à tel point que j'étais persuadée que les battements de mon cœur pouvait être entendu à chaque coin de la pièce. Puis, ne tenant plus je m'emparai une nouvelle fois de ses lèvres avec plus de ferveur et d'envie que précédemment. Ma main caressa sa joue, glissa jusque de son cou, longea doucement son épaule, descendit son bras puis son ventre ne s'arrêtant qu'au bas de ce dernier tandis que mes lèvres quittèrent les siennes pour aller embrasser sa mâchoire puis son cou.

HJ : Et 600ème message pour toi harly + tell me what you gone and done now! 2422692271 harly + tell me what you gone and done now! 2751134779
Revenir en haut Aller en bas
Sully B. O'Connell

Date d'inscription : 21/07/2015
Messages : 601
Points : 4
Avatar : William -sexy- Moseley
Autres comptes : aucun pour le moment
Pseudo/prénom : exotic (sarah)
Crédits : ava : exotic | sign : ©endlesslove.

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Jeu 24 Sep 2015 - 21:26
tell me what you gone and done now! ∞ Harly
J’étais probablement fou allié. Fou de me retrouver dans cette situation qui autrefois n’avait pas marché. Fou de me soucier autant pour elle, et d’avoir traversé l’immense gap entre les deux villes pour venir la chercher. Fou de croire qu’elle allait bien, alors que clairement, ce n’était pas le cas. Etais-je encore plus fou de croire en ses paroles ? Probablement. J’étais fou de penser que pour quelqu’un je pouvais encore compter. Trop. Beaucoup trop. J’étais fou de penser qu’elle avait besoin de moi que moi j’avais eu besoin d’elle à l’époque. Et pourtant, c’était exactement ce qu’elle me disait, ce qu’elle m’avouait, droit dans les yeux, sa langue se déliant sous les petits comprimés qu’elle avait prit. Etait-ce un mal pour un bien ? Je n’en avais aucune idée. Tout ce que j’arrivais à penser, c’était ses lèvres qui m’hypnotisaient encore une fois. J’avais comme l’impression d’un déjà vu. Elle avait été capable de m’attirer à elle comme un aimant, et ce soir en particularité, son attraction me faisait rechuter. Simplement. Facilement. Indéniablement. Lorsque j’avais de nouveau posé mes lèvres sur les siennes, d’une manière presque rudimentaire, comme si c’était la première fois, alors que je l’avais fait il y’a quelques minutes sous la douche, mon envie pour elle se décupla encore par milles. Non par millions. Elle n’avait clairement pas conscience de son attraction, clairement pas conscience de ma faiblesse pour elle. La belle blonde finit par se séparer de moi, sa main sur ma joue. Geste tendre et affectueux, comme si ce n’était qu’une manière pour elle de me dire ‘hey beau gosse, tu ne m’échapperas plus’. Et c’était exactement le cas. « La mienne est un gros bordel. Je ne vais pas oser demander une seconde chance mais j’aimerais juste qu’on voit ensemble jusqu’où nos chemins vont ensemble. » Mon cœur battit d’une manière étrange, sortant de son orbite quotidien. Le genre de battement que j’avais éprouvé autrefois pour celle qui me l’avait arraché, broyé et jeté aux chiens errants de la forêt la plus proche. Mais, cette fois, c’était encore différent. Je n’aurai probablement pas du éprouver ça, encore mois réagir comme ça, mais…depuis quand avais-je le contrôle de moi-même dans cette histoire ? Jamais. Et c’était bien ça le problème avec elle. Après un court instant, elle m’embrassa de nouveau. Cette fois, son baiser trahissait son manque, son désespoir de n’être qu’à moi. Comment ne pas le lui accorder ? Dans sa faiblesse, j’étais son réconfort. A mon tour, d’être celui qui lui ferait remonter à la surface. Alors, lorsque ses lèvres s’aventurèrent sur ma mâchoire et sur mon cou, je m’étais légèrement levé, pris de l’envie d’y plonger une énième fois. Mes mains l’emprisonnèrent, une dans son dos, l’autre dans ses cheveux. Et  doucement, alors que je profitais de ses tendres baisers, je l’allongeais. Pas question de se défiler cette fois. Elle avait gagné. « Ils vont aller très loin, je l’espère… » J’avais soufflé ça avant qu’elle ne m’embrasse de nouveau avec avidité et passion. J’en frissonnais instantanément, comme si chaque cellule m’électrifiait de nouveau. Quand est-ce que je n’avais pas ressenti ça ? Comme si j’étais quelqu’un de vivant et pas ce sac à merde ? Je l’entendis gémir alors que mon corps prenait place auprès du sien, l’une de mes mains s’attardant à lui remonter une de ses jambes. « SULLYYYY, TU OUBLIIIIIII…. » La porte venait de s’ouvrir rapidement, et a voix de ma sœur vint à mourir dans une vision d’horreur qu’elle ne souhaiterait probablement ne pas voir. Je m’étais stoppé net, Harlow complètement figé. Je laissais retomber la tête en me relevant rapidement. Cara avait refermé la porte instantanément, et encore mon de mon boxer, heureusement, je lui ouvris la porte. « Qu’est ce que tu veux… ? » « C’est Harlow dans la chambre ? » « Qu’est ce que tu veux ? » « J’ai entendu la douche, je savais que tu étais là…peut être pas accompagné, certes. Et cette vision d’horreur, tu vas devoir me la payer d’ailleurs ! Sérieusement, vous pouvez pas fermer la porte… » J’allais fermer la porte quand elle la retint. « Non attends Sully ! T’oublies pas demain, tu dois me remplacer ! » Mon regard croisa le sien, presque énervé et soulé. « Cara. Je sais tenir mes promesses. Va à ton rancard, j’assumerai ton tour. » « Merci ! » dit-elle dans un murmure avant d’enchainer : « Passe le bonjour à Harlow. » « Bonne nuit Cara ! » J’avais refermé la porte sans attendre une seconde. Quelques secondes plus tard, on pouvait entendre le verrou se fermer. Lorsque je me retournai, Harlow éclata de rire, les mains dans son visage, clamant qu’elle venait de se taper la honte auprès de ma sœur. « Oh tu sais, elle en a vu d’autres. » J’haussais les épaules, trop pensif à ce que j’allais faire ensuite. Revenant près d’elle, je me remis vite à califourchon sur elle, en sifflotant : « Où est-ce qu’on en était toi et moi ? » Elle s’était arrêté de rire, et avait retrouvé son regard de braise et d’envie. Je sentis ses mains me caresser les cuisses, mais je les saisis automatiquement. Je me penchais pour capturer ses lèvres une énième fois, plus ardument, en lui mordillant sa lèvre inférieure. J’avais emprisonné ses poignés dans mes mains et remonter ses mains au dessus de sa tête. Elle n’était qu’à moi ce soir, elle me l’avait demandé. Non, elle me l’avait supplié. Et je comptais bien la satisfaire. Je finis par m’écarter d’elle légèrement, captant son regard. Elle ne bougea pas d’une semelle, attendant la suite. Seule sa respiration déjà bien forte trahissait son excitation. « Dis moi que ca va Harlow, dis moi que tu te sens en état, et je te fais l’amour sur le champ »
Revenir en haut Aller en bas
Washington
Harlow Campbell

Date d'inscription : 05/07/2015
Messages : 1353
Points : 12
Avatar : Candice Accola-King
Pseudo/prénom : .sassenach (Amélie)
Crédits : .sassenach (avatar) + tumblr&.sassenach (gifs) + exception (signature)

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Ven 25 Sep 2015 - 18:27
Tell me what you gone and done now!
sully & harlow
Depuis combien de temps avais-je réellement ressenti ça ? Cette sensation de bonheur qui vous donne l'impression que rien au monde ne pourra plus vous abattre ? Je l'ignorais. Ça remontait à bien trop longtemps à mon goût. J'avais eu de nombreuses aventures ces derniers mois. Des histoires sans lendemain, sans attache, sans la moindre importance et pas un seul instant je n'avais ressenti ce que je ressentais là. Bien sûr il y avait eu ces quelques instants d'extase qui me laissait croire que ma vie allait bien, mais ça ne durait jamais plus de quelques minutes et, assez rapidement, je me rendais compte à quel point c'était irréel. Ce n'était que du sexe, un moyen comme un autre de me faire oublier. Ce n'était rien de sincère, rien d'important. Là ... je ne pouvais pas dire que c'était la même chose. Même si je ne savais pas mettre des mots clairs sur ce que je ressentais pour lui, c'était toujours plus sincère que pour ces personnes qui étaient passées dans mon lit et dont je n'avais même pas pris la peine de retenir le nom. Là, j'avais l'impression d'être vivante, l'impression de compter une nouvelle fois pour quelqu'un, l'impression d'être vraiment vue et de ne pas être un objet tout juste bon à écarter les cuisses pour une nuit. La chaleur qui s'emparait de moi était agréable et me rendait presque euphorique. Cette sensation m'avait tellement manqué que j'aurais voulu qu'elle dure pour toujours tout en sachant qu'elle aurait une fin, que je le veuille ou non. J'avais continué d'être sincère, continué de dire ce que je pensais et ressentais réellement. Je n'étais pas folle, je savais que nous serions incapables d'être en couple mais j'avais tout de même un peu d'espoir que je ne cachais pas en reprenant la parole. Je voulais savoir. Je voulais tenter. Qu'est-ce qui nous garantissait que la première fois n'était pas un raté, un simple essai pour quelque chose de mieux ensuite ? C'était sans doute rêver un peu trop, mais n'avais-je pas le droit à ça ? N'avions-nous pas le droit à ça ?

Ils vont aller très loin, je l’espère… Mes lèvres quittèrent sa peau quelques secondes, juste le temps de le regarder et de laisser mon cœur manquer un énième battement. A ce rythme, il n'allait pas tenir de longues années mais tant que j'avais bien vécu c'était sans doute le plus important. Dans tous les cas sa réponse m'amena à l'embrasser plus passionnément, plus sincèrement et plus je ne sais quoi encore qui m'empêchèrent de m'éloigner de lui, appréciant que trop le contact de sa peau contre la mienne. Je voulais plus, toujours plus et lorsqu'enfin Sully se plaça au-dessus de moi j'éprouvai une telle satisfaction que je ne pus m’empêcher de gémir ... jusqu'à ce que la porte de la chambre s'ouvre sur la sœur du blond et me bloque totalement. Si Sully trouva le courage d'aller la confronter, pour ma part je ne pus faire autre chose que de me cacher sous le drap en éprouvant la pire honte qui soit. Je connaissais bien Cara, pour avoir été en couple avec son frère et être venue régulièrement ici ce n'était pas difficile, mais ce n'était pas pour autant que ça rendait la situation moins embarrassante. Le dialogue entre les deux O'Connell terminé, j'entendis la porte puis le verrou se fermer. Je sortis de sous le drap, prise d'un fou rire. Mon dieu, je crois que la seule fois où j'ai eu aussi honte remonte au lycée. Dis-je les mains couvrant mon visage. Même si nous n'avions pas été élevés par nos parents, les fois où ils avaient été à la maison et que j'avais été en présence de mon petit ami avaient été ... difficiles. Ma mère craignant sans cesse que je tombe enceinte à seize ans, elle avait toujours eu le besoin de s'assurer que rien ne se passait et m'avait surpris plus d'une fois dans des positions dérangeantes. Oh tu sais, elle en a vu d’autres. M'assura Sully en revenant près de moi.

Ça, j'en doute pas un instant. Lançai-je, un petit sourire prenant place au coin de mes lèvres. Après tout, je le connaissais bien. Où est-ce qu’on en était toi et moi ? Ah oui, les choses sérieuses. Je pinçai doucement mes lèvres puis me redressai pour capturer les siennes, reprenant plus ou moins où nous en étions plus tôt. Mes mains glissèrent de nouveau le long de sa peau, s'arrêtant au niveau de ses cuisses où mes poignets furent emprisonnés par les mains du jeune homme et les miennes ramenées au-dessus de ma tête. Le souffle court, je le fixai en silence sans oser faire le moindre mouvement. Dis moi que ça va Harlow, dis moi que tu te sens en état, et je te fais l’amour sur le champ Ce besoin perpétuel de s'assurer que j'allais bien me fit tendrement sourire. Mes mains auraient été libres, j'aurais de nouveau caresser sa joue en lui certifiant que j'allais bien. Je ne savais pas vraiment si c'était la vérité mais là en tout cas, j'allais réellement bien. Plus que ça encore. Sully Brad O'Connell, je peux vous assurer que je vais bien et que vous avez grand intérêt à aller jusqu'au bout, dans le cas contraire vous risqueriez de me vexer ou pire, de me pousser à reprendre le dessus. En réalité, je ne comptais pas à attendre. Je parvins à dégager mes mains et en effectuant une pression avec mes jambes je parvins à le renverser et à me retrouver au-dessus, mes cheveux blonds venant m’encombrer le visage. Je vais bien Sully. Je vais toujours bien quand tu es là. Ce qui était la vérité. Je dégageai ensuite mes cheveux, les ramenant sur le côté droit ce qui ne dura qu'un temps puisque je m'empressai ensuite de retirer le haut qu'il m'avait aidé à mettre auparavant. Je restai quelques secondes à le regarder en silence, profitant de cet instant comme si je voulais le graver à jamais dans ma mémoire puis, plutôt que de repartir à l'assaut de ses lèvres, je m'occupai de son cou puis de son torse m'arrêtant volontairement au bas de ce dernier pour ensuite remonter et, cette fois, capturer ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Sully B. O'Connell

Date d'inscription : 21/07/2015
Messages : 601
Points : 4
Avatar : William -sexy- Moseley
Autres comptes : aucun pour le moment
Pseudo/prénom : exotic (sarah)
Crédits : ava : exotic | sign : ©endlesslove.

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Mer 30 Sep 2015 - 21:50
tell me what you gone and done now! ∞ Harly
Pour le coup, Cara avait décidé de débarquer au mauvais moment. J’aurai du y être préparé, j’aurai du verrouiller cette fichue porte depuis bien longtemps maintenant, parce que…c’est et ça restera dans son habitude de perturber les moments cruciaux. En était-un ? J’en avais bien peur. Elle et moi. Moi et elle. Cela faisait plusieurs mois que nous n’avions pas remis ça, parce que nous étions comme la lune et le soleil, comme la glace et le feu, comme le silence et une note de musique. Une contradiction. On n’aurait pas du exister. Ni même se rencontrer. Le seul point en commun qu’on avait c’était cette noirceur qu’on traînait, ce bagage qu’on tirait. Inlassablement. Dans ce désespoir, on s’était trouvé et bizarrement, on s’était trouvé. Cela faisait bien des années qu’une personne ne m’avait pas autant compléter. Des années que, je ne m’étais pas senti aussi puissant et vivant. En elle, je retrouvais cet espoir que l’ont m’avait arraché, cette envie et cette curiosité qui donnait le désir de vivre, cette rage de vaincre n’importe quelle situation. Et ce soir, dans ses yeux, je me retrouvais comme dans un miroir : mon homonyme. Celle qui partage les pires craintes, les mêmes bonheurs, la même vie. Alors oui, cette ligne, j’allais la franchir de nouveau avec la tête haute. Oui, j’allais retomber dans une relation peu orthodoxe, juste dans l’espoir d’apercevoir le meilleur.

Je l’avais supplié de me dire si tout allait bien, si cette drogue qu’elle avait ingurgité n’allait pas faire ressortir ces effets secondaires piles au moment où l’extase à deux ne ferait qu’un. Je ne voulais, non ne désirais, en aucun cas que quelque chose ne perturbe ce moment, surtout si il émanait de sa santé. « Sully Brad O’Connell » Le son de sa voix me fit légèrement frissonner, comme si le simple fait qu’elle prononce mon nom en entier nous amenait dans un lointain paradis. « Je peux vous assurer que je vais bien et que vous avez grand intérêt à aller jusqu’au bout, dans le cas contraire, vous risqueriez de me vexer ou pire de me pousser à prendre le dessus. » Je lui souris délicatement, mon regard toujours dans le sien : « Vous satisfaire est ma priorité » Mais elle n’attendit pas. L’envie la consumant de l’intérieur, elle me bascula sans crier gare, me retrouvant sous son poids plume. Mes mains se déposèrent sur ses hanches. Au fond, j’enviais déjà le boxer de toucher sa peau nue, et j’espérais en arriver vite à cette étape « Je vais bien Sully. Je vais toujours bien quand tu es là. » D’un mouvement, elle finit par enlever mon t-shirt et libérer son corps de déesse. Je ne pouvais que la fixer, avec intensité. Peut être trop. Mais son corps si parfait m’appelait. Elle me rendait cet échange de regard, comme si cette seconde devait durer une éternité. Mais elle brisa cette rêverie pour venir empoigner mes lèvres, puis mon cou, puis mon torse, descendant toujours un peu plus bas. J’haletais déjà, sentant mes abdos se contracter sous ses lèvres humides. La jolie blonde revint rapidement à l’assaut de mes lèvres, et mes mains finirent par la capturer en entier, la plaquant contre ma peau nue. Puis, les secondes devinrent des éternités sous des baisers volés. Cette nuit là, nous étions comme deux bouées de sauvetage, dans cette tempête avide qu’est la vie. Nous nous accrochions l’une à l’autre dans l’espoir de ne pas être submerger par tous nos malheurs. Et quand bien même, nous nous égarions du rivage, nous n’étions pas seuls. Nous étions tous les deux. Nous étions prêt à se donner le meilleur, l’espoir, l’envie, le désir, l’amour, la loyauté. Et c’était ça le plus important.

Ma tête ricocha sur mon oreiller, le souffle haletant. Mon cœur tambourinait le long de ma poitrine et même avec tout ce raffut qu’il faisait, j’entendais son souffle, à elle. Celui qu’elle émettait après que nous nous étions retrouvés, complètement. J’avais la gorge un peu sèche à cause de l’effort, et même si j’étais transpirant, si mon souffle était court et que certains muscles me faisaient mal, j’étais bien. J’étais près d’elle. Elle ne manqua pas de me le faire remarquer de nouveau en se glissant rapidement dans mes bras, les yeux bien lourds. « C’était… » Je n’avais pas de mot. Les filles avec qui j’avais couché dernièrement ne lui arrivait même pas à la cheville. Elle n’attendit pas une réponse de ma part et vint déposer un léger baiser rapide sur mes lèvres avant de recaler sa tête sur mon torse. Ma main vint jouer avec ses cheveux. J’aurai probablement du me retenir, probablement du attendre le lendemain. Et pourtant, je ne le fis pas. Nous étions tous les deux mort de fatigue, l’horloge affichant déjà 3h du matin passé. Mais mes lèvres, brûlées par les siennes, restaient encore avides. « Pourquoi…Harlow ? » J’avais dis ça d’une manière sincère et affectueuse. Je souhaitais savoir pourquoi elle se mettait dans cet état ; la mort de son frère n’était qu’une simple excuse pour pouvoir le faire. Au fond, je savais que c’était bien plus intime que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Washington
Harlow Campbell

Date d'inscription : 05/07/2015
Messages : 1353
Points : 12
Avatar : Candice Accola-King
Pseudo/prénom : .sassenach (Amélie)
Crédits : .sassenach (avatar) + tumblr&.sassenach (gifs) + exception (signature)

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Dim 4 Oct 2015 - 22:32
Tell me what you gone and done now!
sully & harlow
Je savais que je n'allais pas le regretter. Même si nous nous étions fait la promesse d'avancer même séparément et que jusque-là cette relation nous suffisait amplement, je ne pouvais pas le regretter. Il ne faisait pas uniquement partie de ma vie, il faisait partie de moi. Sa route avait croisé la mienne puis toutes les deux avaient fusionné pour ne plus jamais vouloir se séparer. C'était tout du moins l'impression que j'avais. Vivre dans deux villes différentes ne nous suffisait pas pour perdre contact. J'avais besoin de lui dans mon monde, dans ma bulle et je refusai que quoi que ce soit vienne se mettre en travers de notre relation. Il était mon souffle, l'oxygène qui m'était nécessaire pour respirer. Il était comme cette drogue avec laquelle je me détruisais : nécessaire pour que je garde la tête hors de l'eau. Et pourtant ... pourtant je n'étais pas réellement sûre de ce qu'était notre relation, encore moins ce soir. Bien que désespérée, je n'étais pas stupide pour autant. Je savais pertinemment qu'une autre continuerait de le hanter, de le poursuivre quoi qu'il fasse parce que je connaissais ce sentiment et rien que pour cela je savais que même si nos chemins étaient voués à rester liés encore un temps, ce ne serait pas pour toujours. Cependant, j'étais prête à me contenter de ce qu'on m'offrait, c'était toujours mieux que rien. J'allais franchir cette ligne que nous nous étions imposés et j'allais le faire avec lui. S'il sautait, je sautais, c'était aussi simple que ça. L'envie était trop grande pour que je sois capable de lui tenir tête. Je cédai, mais je le faisais fièrement. J'étais à lui et il était moi, tout bonnement. L'intervention impromptue de Cara m'avait peut-être mis la honte de ma vie mais elle n'avait pas fait taire le désir que j'éprouvai pour Sully, rien n'aurait pu pas même lui. Alors, son inquiétude balayée grâce à quelques mots de ma part, je pris le dessus - littéralement - puis j'allais de l'avant pour empêcher quoi que ce soit de nous freiner une nouvelle fois et ce ne fut pas le cas.

J'avais oublié. Habituée à me contenter de la première personne que je croisai dans les bars, j'en avais oublié à quel point je pouvais être bien contre lui, dans ses bras, ma peau contre sa peau, son souffle venant chatouiller ma nuque alors que je m'agrippai à lui tel un naufragé à sa bouée. J'avais oublié à quel point il nous était possible de toucher la perfection du bout du doigt, de finir dans un monde tout autre où nos problèmes éclataient aussi rapidement qu'une bulle de savon et m'en rappeler était la chose la plus agréable qui m'avait été donné de ressentir ces derniers temps. Le souffle court, je fixai le plafond sombre de la chambre de Sully, une main posée sur mon ventre qui montait et descendait rapidement suivant le rythme de ma respiration. Mes muscles étaient fatigués après cet effort mais pas assez pour m'empêcher d'aller me loger contre le blond, aussi naturellement que si je l'avais fais des milliers de fois auparavant. « C’était… » Dit-il alors. J'aurais aimé répondre "magique" mais je trouvais le mot encore bien trop faible pour décrire ce que je ressentais à cet instant si bien que je préférai rester muette et laisser le silence répondre à ma place. Je me relevai toutefois pour l'embrasser ne serait-ce que pour lui faire comprendre que je pensai exactement la même chose. Si sa main caressa mes cheveux, la mienne caressa sa peau du bout des doigts tandis que mes paupières se fermaient tout doucement. « Pourquoi…Harlow ? » L'entendis-je dire. Je pris un instant pour y réfléchir et je rouvris les yeux, fixant un point droit devant moi. « Je ne sais pas. » Je posai ma main à plat sur son ventre mais ne bougeai pas plus. « Enfin ... par facilité sans doute. La mort de Seth a été le déclencheur, la porte ouverte à ma rechute mais ça faisait un moment que j'étais sur le fil. Je pense que je me mets trop de pression. J'ai toujours ce besoin de me dépasser, pas pour moi mais pour les autres et dans ce cas précis pour mon père. Je veux tellement qu'il soit fier de moi, je veux tellement lui prouver que je suis capable de tout faire que je me pousse à bout. » Dis-je en me redressant pour le regarder.

« Je crois que je suis bien plus fragile que ce que beaucoup pense, moi y compris, et que j'ai trop de poids sur les épaules et trop peur de l'avouer. Alors je fais en sorte de tenir le coup avec ce que je peux. » Pour le coup il s'agissait de la drogue, de ces petites pilules qui, pour un temps, me donnaient cette impression que rien au monde ne pourrait m'arrêter sur ma lancée, que j'étais capable de tout si je le voulais un tant soit peu. Cette sensation grisante était devenue trop importante pour que je sois capable de m'en défaire. J'y étais parvenue mais la douleur de perdre mon frère n'avait fait que réveiller mes vieux démons et à m'amener à ressentir de nouveau le besoin d'être bien quitte à détruire tous mes mois de cure. « Je ne suis pas fière de moi tu sais et je pense vraiment à tenter de m'en sortir mais pour le moment je n'arrive pas à trouver le courage de le faire. Je sais que mes sœurs se doutent de quelque chose, mais je passe mon temps à leur mentir parce que c'est plus simple et que je suis trop faible pour leur faire face. » C'était probablement le pire dans tout ça, savoir que j'étais trop faible et ne rien faire pour changer ça. Mais comment pourrais-je avouer une telle chose à Harper et Harden en sachant qu'elles-mêmes avaient bien des choses à gérer, qu'elles non plus n'étaient pas au top ? Je ne pouvais pas leur imposer ça et si ça n'avait tenu qu'à moi je ne l'aurais pas imposé à Sully non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Sully B. O'Connell

Date d'inscription : 21/07/2015
Messages : 601
Points : 4
Avatar : William -sexy- Moseley
Autres comptes : aucun pour le moment
Pseudo/prénom : exotic (sarah)
Crédits : ava : exotic | sign : ©endlesslove.

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Lun 12 Oct 2015 - 21:46
tell me what you gone and done now! ∞ Harly
La question s’était échappé avant même que mes lèvres ne retiennent mes pensées. J’avais osé lui demander pourquoi, alors que nous venions tout juste de franchir une étape de nouveau déconcertante dans notre relation. Et la première chose que je faisais c’était de lui faire la morale. Il y avait une chance sur deux pour qu’elle me remballe, pour que, la façon dont elle m’avait fait des avances, soit en réalité une manière de détourner la situation. Peut être que je me trompais. Peut être pas. Mais je la connaissais assez pour savoir qu’en ce moment, elle était vraie. Ses propos étaient véridiques. La manière dont elle me regardait dans les yeux était vraie. La façon dont elle m’avait rendu mes baisers était elle aussi vraie. « Je ne sais pas… » Finit-elle par dire encore lover contre moi. J’aurai pu entendre son cœur s’affoler sous cette pression que je lui mettais mais non. Son rythme était calme, du moins aussi calme qu’il le pouvait suite à notre effort. « Enfin…par facilité sans doute. La mort de Seth a été le déclencheur, la porte ouverte à ma rechute mais ça faisait un moment que j'étais sur le fil. Je pense que je me mets trop de pression. J'ai toujours ce besoin de me dépasser, pas pour moi mais pour les autres et dans ce cas précis pour mon père. Je veux tellement qu'il soit fier de moi, je veux tellement lui prouver que je suis capable de tout faire que je me pousse à bout. Je crois que je suis bien plus fragile que ce que beaucoup pense, moi y compris, et que j'ai trop de poids sur les épaules et trop peur de l'avouer. Alors je fais en sorte de tenir le coup avec ce que je peux. Je ne suis pas fière de moi tu sais et je pense vraiment à tenter de m'en sortir mais pour le moment je n'arrive pas à trouver le courage de le faire. Je sais que mes sœurs se doutent de quelque chose, mais je passe mon temps à leur mentir parce que c'est plus simple et que je suis trop faible pour leur faire face. » Elle avait parlé d’une traite après s’être levée, comme si sa langue s’était déliée sous la mienne. Je ne lui avais jamais vraiment posé la question, parce que comme moi, elle avait ses propres démons. On en parlait régulièrement, mais pas aussi ouvertement. « Je vois… » Soufflais-je en passant une de ma main sous ma tête. Elle était toujours assise sur le lit, et je finis par la regarder de nouveau. « Un échappatoire comme un autre…je connais ça très bien. » Je me mordis la lèvre, en tentant d’éviter de faire ce que j’avais envie de faire. Pourtant, je finis par me relever aussi, pour être à ça hauteur. « Mais je conçois pas que tu te mettes en danger juste…par facilité. T’es forte Harlow. T’as juste pas les yeux assez grands pour le voir. » Hypocrite. J’entendais cette petite voix me crier que j’étais un hypocrite de première classe. J’étais dans la même situation, rattaché à mes vieux démons et à l’alcool réconfortant. D’une grande classe, je lui disais ce que moi-même je n’arrivais pas à assimiler. Qui étais-je pour le lui dire ? Ah oui, un raté. Pourtant, je n’osais même pas faire référence à moi-même. « La mort d’un être cher, ça fait des dégâts. Y’a quoi voir mon père. Mais, la drogue ne résoudra rien. Si je n’avais pas pu venir ce soir, qu’est ce qui te serait arrivé bébé ? Tu serais restée frigorifiée par terre dans ton propre vomi, ou quelqu’un de malhonnête t’aurai récupéré…ou t’aurais fini au poste. » Je passais une main sur sa joue, qui la lui caressa tendrement avant de se réfugier dans son cou. « Crois moi, je n’ai pas envie qu’il t’arrive quelque chose. » Parce que je ne me le pardonnerai jamais. J’avais déjà fait le con, et j’en avais payé le prix fort. Si cette conversation pouvait éviter le pire, je tentais ma chance.
Revenir en haut Aller en bas
Washington
Harlow Campbell

Date d'inscription : 05/07/2015
Messages : 1353
Points : 12
Avatar : Candice Accola-King
Pseudo/prénom : .sassenach (Amélie)
Crédits : .sassenach (avatar) + tumblr&.sassenach (gifs) + exception (signature)

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Mer 14 Oct 2015 - 19:41
Tell me what you gone and done now!
sully & harlow
Les mots sont sortis de ma bouche sans que je n'ai le moindre contrôle dessus. C'était comme si, tout d'un coup, mon cerveau prenait le pas sur le reste, comme si je n'étais plus qu'une petite chose à l'intérieur de mon corps, une entité tout juste capable de ressentir mais incapable de contrôler mes faits et gestes. J'ai prononcé des choses dont je n'avais pas encore conscience jusque-là. A force de trop enfouir en moi, j'en suis venue à ne plus écouter la petite voix de la raison, celle qui me connaît si bien et qui par le passé avait su guider mon instinct sur le bon chemin à chaque fois. Je ne pensais pas être capable de parler aussi facilement de ce qui me ronge de l'intérieur depuis si longtemps. J'ai toujours su être la plus fragile de ma famille bien que j'ai toujours tout fait pour prouver le contraire. J'ai toujours été énormément protégée, que ça soit par mes parents, mon frère ou mes sœurs. C'en était parfois étouffant mais, étant qui je suis, je n'ai jamais rien dis à part au cours de cette période de rébellion par laquelle nous passons tous vers l'adolescence. J'ai sans cesse fait en sorte de m'en sortir par moi-même, de prouver à autrui entier quelle personne forte je peux être en oubliant dans le processus de véritablement me protéger contre le monde. J'ai développé un mécanisme de défense étrange avec les années. Faire passer les autres avant moi, m'oublier, faire taire cette sonnette d'alarme lorsque les choses sont trop hors de contrôle, ignorer et continuer d'avancer au point de mettre de côtés certains points que j'aurais dû traiter, ne serait-ce que pour mon bien être. En entendant la question de Sully et en voulant y répondre le plus honnêtement possible, la vérité m'a explosé en plein visage. En plus d'être dès plus sincère envers le jeune homme, je prends conscience de certaines choses que j'ai volontairement ignoré, parce que c'est toujours plus facile. Tout cela dit, j'ai l'impression d'être plus légère. Je sais que ça ne va être que pour un temps, qu'ancrer dans mes habitudes de tout faire taire, demain je recommencerai allant même jusqu'à refuser la main que l'on me tendra.

Il ne s'agit pas là de fierté mais de honte, celle de reconnaître à quel point je suis au plus bas. Mais ce soir ça n'a pas d'importance, parce que ce soir je sais et maintenant lui aussi sait, ce qui me fait le plus grand bien. « Je vois… » Je détourne mon regard et fixe le mur en face de nous. Puis je baisse la tête et commence à jouer avec le drap qui nous couvre. « Un échappatoire comme un autre…je connais ça très bien. » Je reporte mon attention sur Sully tandis qu'il se redresse à son tour sur le lit, mon regard cherchant automatiquement le sien. « Mais je conçois pas que tu te mettes en danger juste…par facilité. T’es forte Harlow. T’as juste pas les yeux assez grands pour le voir. » Même si je n'aurais rien contre le fait de me noyer dans son regard, ses paroles me font baisser les yeux et mordre l'intérieur de ma joue pour ravaler les larmes que je sens monter en moi. Une preuve de plus de ma sensibilité. « La mort d’un être cher, ça fait des dégâts. Y’a quoi voir mon père. Mais, la drogue ne résoudra rien. Si je n’avais pas pu venir ce soir, qu’est ce qui te serait arrivé bébé ? Tu serais restée frigorifiée par terre dans ton propre vomi, ou quelqu’un de malhonnête t’aurai récupéré…ou t’aurais fini au poste. Crois moi, je n’ai pas envie qu’il t’arrive quelque chose. » Oui, que me serait-il arrivé ? Les scenarii qu'il m'offre me donneraient presque froid dans le dos car je sais que l'un comme l'autre aurait pu se produire, voire pire encore. Je sais aussi que si je continue sur la voie que j'ai prise il y a quelques mois je risque encore plus gros, je risque ma vie, mais ça ne me semble pas être assez pour m'arrêter, peut-être parce que je n'ai pas assez conscience du fait que ça peut vraiment m'arriver. Ma main se pose sur son poignet tandis que j'ose relever la tête pour le regard. « Je sais. » Est tout ce que je parviens à dire sur le coup. Je sais qu'il tient à moi parce que je tiens tout autant à lui. Je sais qu'il ne veut pas qu'il m'arrive quelque chose parce que je ne supporterais pas que ça soit le cas avec lui. J'ai beau tenter de trouver les paroles adéquats pour lui répondre, rien ne me vient alors je fais plus simple. Je m'approche de lui, mon visage à quelques centimètres du sien, sa main glissant de mon cou à mon bras et je l'embrasse. C'est pour moi la réponse la plus simple et la plus explicite à lui donner. Je sais qu'il tient à moi et je ne veux pas qu'il s'inquiète tout en étant plus que toucher par l'intérêt qu'il me porte alors que je ne suis qu'un déchet. Je l'embrasse à en perdre mon souffle, ce qui ne tarde pas à se faire. « J'aimerais rester là, près de toi, pour toujours. J'ai toujours l'impression que tout va bien dans tes bras. » Je souffle, mon visage toujours aussi près du sien.
Revenir en haut Aller en bas
Sully B. O'Connell

Date d'inscription : 21/07/2015
Messages : 601
Points : 4
Avatar : William -sexy- Moseley
Autres comptes : aucun pour le moment
Pseudo/prénom : exotic (sarah)
Crédits : ava : exotic | sign : ©endlesslove.

harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le Jeu 22 Oct 2015 - 21:32
tell me what you gone and done now! ∞ Harly
Après n’avoir fait qu’un,  physiquement parlant, nous mettons en épreuve notre sincérité. Et, c’était avec une étonnante sérénité que je lui confiais mes craintes face à ses actions. Je n’avais en aucun cas envie de la retrouver dans une situation qui pourrait dégénérer, voir pire encore. Parce que sans elle, sans son sourire et sa fraîcheur, sans sa joie de vivre et son côté taquin, j’aurai sombré bien plus bas que je ne l’aurais pu. J’étais un déchet en sortant de taule. On aurait pu penser que revoir la lumière de dehors aurait pu m’aider à reprendre goût à la vie, mais hélas, ma vie on me l’avait volé. Et j’étais totalement impuissant pour la récupérer. Elle était à jamais perdue, et je devais faire simplement faire avec. Comment revenir dans un cycle normal après ça ? Et bien, vous ne pouviez pas. C’était des nuits insomniaques, c’était des attitudes lunatiques, c’était des pertes de moment, où mes songes n’étaient plus sur Terre. Je pensais à ce que j’avais perdu, ce que je ne reverrai jamais. Trois ans de ma vie partie en fumée et pour quoi exactement ? Rien. Une envie de ne protéger rien de plus. Une leçon pour la prochaine fois, sans doute. Jusqu’à ce que je la rencontre elle ; cette blondasse énergisante. Elle m’avait rendu de la couleur là ou je voyais gris. Elle avait rendu des notes douces lorsque j’entendais un silence profond. Elle m’avait redonné des envies, des sentiments et la sensation d’être vivant, là où j’avais perdu toute motivation. Sans elle, j’aurais été bien perdu. Alors, c’était naturel que je lui redonne ça en retour lorsqu’elle en avait le plus besoin. Sa main se posa sur mon poignée tandis qu’elle me regardait dans les yeux. « Je sais. » Son regard fut si intense, qu’elle finit par s’approcher pour m’embrasser une énième fois. Sa chaleur m’enivra aussitôt, et je laissais mes mains s’aventurer une nouvelle fois sur sa douce peau. « J’aimerai rester là, près de toi, pour toujours. J’ai toujours l’impression que tout va bien dans tes bras. » Je fermai un instant mes yeux et soupira un instant avant de les ouvrir de nouveau, la regardant de nouveau. « Je serai toujours là….Mais ce soir, tout ce que je peux t’offrir c’est une bonne nuit. » Je l’entraînais avec moi pour se rallonger et alors que je remontais le drap sur nous, elle se lova contre moi. Une de mes mains vint caresser ses cheveux, et je finis par ajouter : « T’es épuisée….Dors harlow » Elle secoua la tête, pour acquiescer, et je la sentis se détendre au fur et à mesure dans mes bras. Je ne su pas réellement combien de temps je la regardais s’endormir. Peut être le temps pour moi d’assimiler tout ça, tout ce qui venait de se passer. Mais finalement, ma tête glissa légèrement sur le côté, et avant de la rejoindre dans les bras de Morphée, je finis par souffler : « Merci bébé… »

To be continued...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


harly + tell me what you gone and done now! Empty

Posté le
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
harly + tell me what you gone and done now!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YOUR FAMOUS NEIGHBOR :: National Archives :: Rps-