AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Washington
avatar

Date d'inscription : 11/09/2015
Messages : 1596
Points : 99
Avatar : dylan o'brien
Pseudo/prénom : nuits fauves/ anne
Crédits : hepburns (av)


Posté le Dim 27 Sep 2015 - 17:48
le cabinet des beaux gosses ✩
MELISANDRE & JULIAN
« Belle plaidoirie ! » Julian avait attendu son amie depuis déjà dix bonnes minutes, accoudé nonchalamment à une des colonnes de style romain qui formaient l'entrée du tribunal. Le jeune homme qui avait eu sa fin d'après-midi libérée par le désistement de dernière minute d'un de ses clients et avait pris l'occasion d'aller faire une surprise à Mélisandre. Ils s'étaient donné rendez-vous ce soir pour parler un peu de leur projet de cabinet. C'était sans aucun doute un pari fou, ils étaient jeunes, avaient de l'argent mais il leur manquait la notoriété. Quoique, les deux compères arrivaient de plus en plus à se faire un nom dans le métier que ce soit par la décontraction certes efficace de Julian au tribunal ou des plaidoiries passionnées de Mélisandre qui touchaient le jury à chaque fois. De plus, le fait qu'ils aient chacun un poste dans les deux cabinets les plus prestigieux de la ville jouaient en leur faveur.

Enlevant ses lunettes de soleil en mode James Bond pour faire sourire son amie, Julian passa l'un de ses bras sur les épaules de la petite brune. « Alors comment va mon ennemie préférée ? », lui demanda t-il en lui pinçant la joue. Il s'était échappé du tribunal avant le verdict pour prendre un peu d'avance et la surprendre quand elle sortirait. Avec Julian qui est toujours en retard, cela relevait du miracle. « Ce que je te propose là, c'est d'aller dans ton cabinet de charognards pour te changer er que tu enlèves cette robe d'avocat qui, si tu veux mon avis ne te va pas du tout au teint, et filer se poser dans le bar le plus proche. », proposa Julian, imitant le ton que pouvaient prendre ses amies quand elles parlaient de maquillage, mode, etc. Il se moquait gentiment mais le principal était qu'à chaque fois, cela faisait sourire.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Posté le Lun 28 Sep 2015 - 10:00
LE CABINET DES BEAUX GOSSES (OH YEAH).

viens, tiens moi la main, allons réaliser nos rêves
Les mots venaient naturellement. J'avais la conviction, la certitude du bien fondé de mes paroles. Je pouvais sentir la confiance qui emplissait mes veines. Je croyais en chacun de mes mots. J'y mettais du caractère. Debout en face des jurés, je défendais cet homme, père de famille, abusé par sa future ex femme. Situation classique d'injustice. J'avais l'impression d'avoir son avenir entre mes mains. A moi de le défendre, de prouver aux yeux des autres de sa bienveillance. J'avais cette responsabilité qui pesait sur mes épaules. Il comptait sur moi pour revoir un jour ses enfants. Un divorce. La majeure partie des affaires d'un avocat. Le jugement prononcé en sa faveur, c'était un nouveau combat que nous gagnions ensemble, mon client et moi.

Mes dossiers dans les bras, je descendais les marches de marbre de l'entrée du tribunal. « Belle plaidoirie ! » Lançait une voix. Mon confrère, Julian Reynolds. Avocat d'un cabinet adverse de la ville, nous étions la plupart du temps en concurrence sur de nombreux litiges. Mais doté chacun de nous d'un grand professionnalisme, cela ne changeait en rien notre amitié. Car oui, à force de se voir à la fin de chaque procès, de boire des verres ensemble pour décompresser de ces tonnes de dossiers à éplucher, nous avions fini par nous lier d'affection. A un point tel que nous avions monter ensemble le projet d'ouvrir notre propre cabinet. Il vint alors passer son bras au dessus de mes épaules couvertes par cette toge noire ample en me questionnant : « Alors comment va mon ennemie préférée ? » Un léger rire s'échappait de ma gorge. Ennemie. Impressionnant est le nombre de fois où nous nous sommes affrontés et le nombre de fois également où il me tapait sur les nerfs lorsqu'ils réussissait à me clouer le bec devant le juge. Et ce n'est pas chose facile lorsque je suis en défense. « Encore un procès de gagné, ça ne pourrait pas aller mieux. » Ajoutais-je fièrement. Une fois arrivés sur le pavé du trottoir de la rue qui donnait sur l'immense carrefour de la ville, je me tournais vers lui alors qu'il me proposait d'aller à mon cabinet pour me changer. Prenant la voix d'une bimbo blonde à forte poitrine avec une noisette trouée en guise de cerveau, cela a eu le don de me faire sourire devant son air amusé. Il avait un humour hors normes et c'était toujours plaisant de se retrouver en sa compagnie après une journée de travail. « Ce n'est pas de refus ! Je commence à crever de chaud dedans. » Lui répondis-je. Mon cabinet se trouvait au bout de la rue, dans un immense bâtiment en verre de Judiciary Square. Après quelques minutes de marche, je n'ai pas traîné pour me faufiler dans mon bureau afin de me changer. Vêtue désormais d'un tailleur, chemise blanche et jupe de couleur pourpre, je suis partie rejoindre Julian qui m'attendait en bas de l'immeuble. « Alors, où est-ce que tu veux me payer ce verre ? » Le questionnais-je. Oui, j'avais décidé qu'aujourd'hui, ce serait à ses frais. J'affichais un large sourire sur mes lèvres alors que je m'avançais en sa compagnie vers les rues commerçantes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Washington
avatar

Date d'inscription : 11/09/2015
Messages : 1596
Points : 99
Avatar : dylan o'brien
Pseudo/prénom : nuits fauves/ anne
Crédits : hepburns (av)


Posté le Mar 20 Oct 2015 - 23:33
le cabinet des beaux gosses ✩
MELISANDRE & JULIAN
La marche vers le cabinet de Mélisandre avait été joyeuse et animée, comme chacune des discussions entre les deux avocats d'ailleurs. Arrivés en bas de son lieu de travail, Julian avait préféré attendre en bas, il ne mettrait jamais un pied chez l'ennemi ainsi. Il serait capable de voler deux trois dossiers pour faciliter les enquêtes de ses collègues, même s'il ne savait que trop bien que c'était un délit puni par la loi. En réalité, il suffisait d'une once de compétition pour que le jeune Reynolds change du tout au tout, devienne un monstre, une machine de guerre prête à tout pour gagner. Cette impulsivité lui faisait souvent défaut, mais tout le monde avait compris que cet esprit ambitieux qui animait Julian serait un incroyable atout pour la construction de leur propre cabinet avec la jolie Byrne. D'ailleurs, elle venait de sortir du building, changée. Un sourire amusé éclaira le visage du petit brun. « Beaucoup mieux ! », approuva t-il, lui qui avait l'habitude de donner à Ornella son avis sur ses vêtements quand elle le lui demandait. « Alors, où est-ce que tu veux me payer ce verre ? » Une moue faussement choquée prit place sur le visage du jeune homme. « Eh, j'ai jamais dit que je te paierai un coup ! » Spécialistes du bluff. Menteurs hors-pair. Excellents comédiens. Les avocats dupaient tout le monde. Enfin, tous, sauf leurs collègues du barreau. Voyant bien que Mélisandre n'était pas tombée dans le panneau, il soupira, toujours un petit sourire au coin des lèvres. « Bon ok, je paye ma tournée, mais la prochaine fois c'est taon porte-monnaie que l'on fera chauffer. »

Après de nouvelles minutes de marche, ils arrivèrent dans l'un des seuls bars du Central Business District de Washington. Le Flamingo. Malgré son nom aux consonances rythmées, ce lieu était contre toute attente l'un des bars les plus recommandés de la ville avec le Madam's Organ. Nombreux étaient les gens haut placés venant boire un verre de vin français ou une bonne bière d'importation après le travail. A cette heure-ci, le bar était plutôt calme, il comportait une dizaine de personnes tout au plus. Les deux amis n'eurent donc aucun mal à trouver une table de libre et à s'y installer. Rapidement, un serveur vient s'enquérir de leur commande. Sans même demander à Mélisandre ce qu'elle désirait commander, Julian récitait déjà la commande, et le serveur fut reparti aussi vite qu'il était arrivé. Un cosmopolitan pour la demoiselle et un trait de whisky pour Julian. Et oui. Il prévoyait de devenir un grand de ce monde, autant commencer maintenant à agir comme eux. « Je me rappelle ta cuite au Cosmo à la soirée étudiante de quatrième année, épique. », la taquina t-il. Tandis qu'il déballait ses affaires : nouveaux plans pour le cabinet, liste de potentiels clients qui pourraient lui être fidèle s'il quittait sa boîte, différents bureax à louer en plein coeur du CBD, il prit la parole. « Dis-moi que la banque est favorable à ton idée de projet financier pour le cabinet ! »
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Posté le Dim 25 Oct 2015 - 13:24
LE CABINET DES BEAUX GOSSES (OH YEAH).

viens, tiens moi la main, allons réaliser nos rêves
Une fois descendue de cet énorme building où se trouvait mon bureau pour retrouver Julian qui m'attendait dans la rue, je pris une légère pose tel un mannequin sur les défilés Chanel à Paris. Je n'y connais absolument rien en matière de mannequinat. Surtout moi qui resterait en pyjama toute la journée si je le pouvais. C'est alors que main sur la hanche, j'effectue un léger mouvement de la tête pour balancer mes cheveux sur une de mes épaules et j'affichais un large sourire. « Beaucoup mieux ! » Approuvait-il. J'éclatais alors de rire, étant une grande professionnelle de l'autodérision. Il est vrai qu'on pourrait considérer que je porte en moi deux personnages.  Je n'irai pas jusqu'à dire que je suis schizophrène mais il est vrai qu'il y a une large différence entre Maître Byrne et juste Mélisandre. Dans mon travail, je suis une véritable guerrière qui pourrait défendre jusqu'au péril de sa vie son dossier. Confiante, déterminée et parfois même dure, je sais pertinemment quelle attitude adoptée pour me permettre de gagner un procès. Je crois d'ailleurs que c'est cela qu'on recherche avant tout dans notre métier. Adopter la bonne attitude pour convaincre les jurés de s'allier à notre cause. Et pourtant, lorsqu'on me voit en tant que Mélisandre, tout simplement, je n'ai plus autant confiance en moi qu'on pourrait le voir au tribunal. Plutôt discrète, parfois même solitaire, je n'accorde aucune importance à bien m'habiller ou encore aux regards des gens sur ma personne. Je me doute que parfois, les gens ne savent plus sur quel pied danser. Malgré tout, je reste authentique. Et même si je dois changer de masque suivant les affaires que je traite, je reste toujours la même dans ma vie personnelle. C'est étrange que Julian ait réussi à m'accepter et devenir mon ami malgré tout. « Bon ok, je paye ma tournée, mais la prochaine fois c'est ton porte-monnaie que l'on fera chauffer. » S'exclamait-il suite à ma remarque. Un nouveau sourire pris possession de mes lèvres tandis que je marchais à ses côtés en direction d'un bar qui nous étiez à tout deux très familier. « Promis, la prochaine fois, c'est moi qui m'occupe de te réhydrater ! » C'est souvent dans ce lieu que nous nous réunissions pour parler de notre projet de futur cabinet d'avocat.

Une fois installés à notre table habituel, que l'on pourrait désormais renommer la table ronde de Reynolds&Byrne lawyers. Oui bon, c'est assez long tout de même. C'est une chose sur laquelle nous travaillons encore. Alors qu'un serveur s'approchait pour prendre notre commande, je n'ai pas eu le temps d'ouvrir la bouche que Julian commandait à ma place. Soit je pourrais le considérer comme un gentleman, car je ne sais plus où j'ai vu ça mais il y paraît que ça fait sensation auprès des filles, soit il se moque de ma fameuse cuite au Cosmopolitan. Et effectivement, ça n'a pas loupé. « C'était un petit moment d'égarement, c'est tout. Je te promets de ne pas refaire la même chose ici. » Riais-je alors, me remémorant cette quatrième année. Soirée étudiante pour fêter la réussite de nos examens de cette année là. Nous étions arrivés dans les premiers avec Julian, tous les deux acharnés dans notre envie de réussir. Et forcément, j'avais lancé un jeu qui s'est malheureusement retourné contre moi parce que je n'ai fais que boire. Voilà ce qu'il se passe quand on fait la maline... Julian commençait à sortir de nombreux papiers de sa mallette et j'en profitais également pour sortir le dossier financier que j'avais présenté à la banque il y a deux jours. C'est alors accompagnée d'un sourire fier que je lui ai déposé devant les yeux la lettre d'accord pour le prêt financier. « Ils ont acceptés ! Je nous ai pris un deuxième rendez-vous pour qu'on aille ensemble régler quelques détails, notamment au niveau par rapport aux statuts du cabinet et il faut nos deux signatures. » Expliquais-je alors. Je pris quelques papiers, notamment des plans de différents locaux disponibles dans la ville. « Et toi, tu as trouvé un emplacement digne de la grandeur de notre futur cabinet ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Posté le
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
le cabinet des beaux gosses (melian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YOUR FAMOUS NEIGHBOR :: National Archives :: Rps-