AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Washington
avatar

Date d'inscription : 11/09/2015
Messages : 50
Points : 3
Avatar : Kristin Kreuk
Pseudo/prénom : Aurélie
Crédits : en cours.


Posté le Lun 28 Sep 2015 - 14:36
The truth is, I miss you
COLDPLAY ♫ WARNING SIGN
Assise au volant de sa voiture, Clarke fixait la façade de l’immeuble en face duquel elle stationnait depuis un bon quart d’heure en pesant le pour et le contre. La dernière fois qu’elle s’était torturée l’esprit de la sorte, c’était lorsque Baptist avait disparu et maintenant que la jeune femme l’avait enfin retrouvé – par le plus grand des hasards – elle se demandait si c’était une bonne idée que de venir frapper à sa porte. Clarke était angoissée. En menant ses petites recherches, elle avait appris que Baptist vivait à Fairfax et que, pendant tout ce temps, ils avaient dû se croiser des dizaines et des dizaines de fois sans se remarquer. Ce qu’il y avait de drôle dans tout ça ? C’était que Clarke ne s’en était aperçue qu’en se rendant à la FOAM PARTY de Washington D.C. Elle y était allée avec Erin dans l’espoir de se changer un peu les idées, jusqu’à ce que son regard croise le sien. Clarke ne l’avait pas reconnue tout de suite. Au début, elle lui trouvait simplement un air familier, mais lorsqu’elle l’associa à Baptist, ce dernier ne se trouvait plus à l’endroit où elle l’avait aperçu. La jeune femme avait bien tenté de le retrouver, mais c’était sans compter la foule et la mousse qui l’empêchait de progresser. Elle avait alors regagné sa place auprès d’Erin en essayant de lui paraître la plus normale possible. Peut-être l’avait-elle imaginé, après tout ? L’apparition de Baptist concordait justement à la date de sa fugue alors que Clarke avait dénoncé les agissements de la famille Klebber qui les enfermaient tous deux dans un placard. De retour à Fairfax, le souvenir de Baptist ne la quittait plus. Elle avait l’impression de le voir partout dans les rues de sa ville jusqu’à ce qu’elle ne s’aperçoive qu’il y vivait. Clarke l’avait alors filé jusqu’à ce qu’elle estima être son domicile.

Il avait fait ressurgir tous leurs souvenirs – des plus joyeux au plus douloureux – ainsi que les sentiments amoureux qu’elle avait éprouvé pour lui pendant tout ce temps sans jamais avoir eu l’occasion de les lui avouer. Elle s’était mise à l’aimer dès la seconde où il avait posé sa veste sur ses épaules pour la réchauffer alors qu’ils étaient enfermés, en plein hiver, dans le seul endroit de la maison qui n’était pas alimenté en chauffage tout ça parce qu’ils avaient osé déranger Monsieur Klebber pendant qu’il regardait son match de basket. Rien qu’en y repensant, une boule d’angoisse nouait la gorge de Clarke qui dû faire un effort pour ne pas pleurer. Ses yeux - qui piquaient affreusement - en rougissaient d’impatience. La jeune femme n’aurait su dire pourquoi, mais une partie d’elle était convaincue que Baptist l’avait reconnu lors de cette fameuse soirée. C’était sans doute ce qui rendait les choses encore plus douloureuses. Parce qu’il ne l’avait pas abordé. Baptist lui en voulait sûrement d’avoir été adopté et de l’avoir abandonné au sort des Klebber, mais il devait savoir que Clarke ne l’avait pas laissé tomber. Loin de là. Elle était juste arrivée un peu trop tard.

Sur cette dernière pensée, Clarke trouva le courage de le confronter. Elle quitta l’habitacle sécurisant de son véhicule qu’elle verrouilla et traversa la route comme une automate. En à peine une seconde, elle se trouvait devant la fameuse porte qui la séparait de ses retrouvailles tant espérée avec Baptist. Elle laissa son poing en suspens un moment, se remémora ses dernières réflexions et se décida enfin à frapper. Lorsque la porte s’ouvrit enfin sur un Baptist intrigué et inquisiteur, Clarke prit quelques secondes pour le détailler du regard. S’apercevant que son regard était peut-être trop insistant, elle se sentit rougir et baissa les yeux. « Hi… » commença-t-elle timidement. Peut-être se remémorerait-il le son de sa voix ? Cette voix timide et tremblante qui chantait « Hey Jude » lorsqu’ils étaient enfermés pour calmer ses crises de claustrophobie pendant qu’il réchauffait ses mains des siennes. « Mh… Désolée de… Désolée de te… vous… déranger… Je… Mh… ». Elle prit une profonde inspiration, se redressa et trouva finalement la force de le regarder droit dans les yeux pour lui demander simplement : « Do you… Do you remember me ? ». Elle espérait juste qu'il ne se cantonnerait pas à un : « Oui, bien sûr. T'es la fille de la FOAM PARTY. »
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Posté le Jeu 1 Oct 2015 - 9:34
« The truth is, I miss you.» ✩
Baptist & Clarke
«   the truth is, I miss you. » demanda la jolie blonde, nu, dans le lit, alors que Baptist était dejà au bord du lit à se rhabiller. Un sourire amusé parcouru ses lèvres avec une certaine malice. «  Ça semble plutôt évident. Je m’habille. » Dit-il avec espièglerie, mais la jeune femme ne semblait pas vouloir en rire. «  Mais… euh… enfin j’veux dire… » Elle avait du mal à trouver ses mots et semblait perturbé par son comportement.  «  Tu restes pas un peu ? » «  Non » répondit le jeune homme sans même l’envisager une seconde. «  Tu m’appellera ? » «  Bien sûr Sar… » «  Zoé » rectifia-t-elle alors qu’il semblait chercher apparemment son prénom. Un sourire tandis qu’elle se redressait dans le lit, couvrant ses seins avec le drap. Il se pencha pour l’embrasser et quitta la chambre. Ce ne fût que quelque seconde après qu’il soit partit qu’elle se rappela qu’elle ne lui avait pas donné son numéro…

    […]

Baptist était sous la douche quand on frappa à la porte, en train d’éliminer la transpiration dût à «  Zoé ». Il pesta légèrement et il finit par se résoudre à sortir. L’eau ruisselait encore sur son torse nu, ses cheveux étaient trempé et il était vêtu d’une simple serviette enroulé à sa taille, quand il alla ouvrir. Une fille – plutôt charmante, soyons honnête ! – lui faisait face. Il la regarda intriguait alors qu’elle lui demandait s’il se rappelait d’elle. Sans hésité une seconde il lui répondit «  Oui ! » avant de se pencher pour l’embrasser… Il l’attrapa par le col et la fit rentrer dans l’appartement sans quitter ses lèvres…
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Washington
avatar

Date d'inscription : 11/09/2015
Messages : 50
Points : 3
Avatar : Kristin Kreuk
Pseudo/prénom : Aurélie
Crédits : en cours.


Posté le Mar 27 Oct 2015 - 11:14

Debout face à Baptist, Clarke n’en menait pas large. Tandis que, quelques années plus tôt, elle ne sentait bien qu’avec lui, voilà qu’elle était désormais terrifiée. De plus, la tenue qu’il portait ne l’aidait pas vraiment à faire face à la situation. En effet, Baptist n’avait qu’une simple serviette enroulée autour de sa taille et son corps – particulièrement bien développé, soit dit en passant – étant encore ruisselant. Il sortait de la douche. Elle lui avait alors demandé, en balbutiant, s’il la reconnaissait, mais était loin de se douter de la réaction qu’il allait avoir ! En effet, il s’était penché pour capturer ses lèvres en l’attrapant pas le col pour la faire entrer dans son appartement et refermer la porte derrière eux. Sous le coup de la surprise, Clarke était totalement paralysée. De tous les scénarios qu’elle avait imaginé, elle ne s’était pas attendue à ce qu’il lui saute dessus de la sorte et ça ne pouvait signifier qu’une seule chose : il ne se souvenait pas d’elle et probablement pas de toutes les autres femmes qui avaient un jour croisé son chemin. Où était passé l’adolescent tendre et attentionné qu’elle avait connu ? Celui dont elle s’était éprise ? Ces questions furent comme un véritable électrochoc. Elle détacha brutalement ses lèvres des siennes et s’écarta de lui en le fusillant du regard. « Qu’est-ce qui te prend, B’ ?! » s’exclama-t-elle en l’appelant par le surnom qu’elle lui avait donné. « Je ne suis pas… Je ne suis pas… ». Clarke était clairement affolé. Elle se mit à tour dans tous les sens, cherchant une échappatoire avant d’agripper la poignée de la porte qu’elle ouvrit à la volée. « Je n’aurais pas dû venir ici. » Elle se rua aussitôt dehors, désireuse de mettre le plus de distance possible entre elle et cet homme. Il fut un temps où Clarke le connaissait par cœur, mais désormais, il était devenu un étranger. D'ailleurs, il devait sans doute se demander quelle mouche l'avait piqué. Dans la panique, Clarke ne lui avait même pas dit son nom et la raison de sa présence ici. Il l'avait oublié. Comment avait-il pu l'oublier ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Posté le Mar 27 Oct 2015 - 11:54
«  The truth is, I miss you.» ✩
Baptist & Clarke
Leur baiser passionner ne dura qu’une fration de seconde, puisque la jeune fille s’écarta de lui brutalement, le laissant sous l’étonnement le plus total. Elle essaya de formuler un semblat d’explication pour elle s’enfuit, tout simplement. Baptist sortit sur le pas de la porte. « CLARKE ! » appela-t-il alors que la jeune fille venait de quitter l’appartement et disparaissait dans l’escalier Il se trouvait comme un con au milieu du couloir, à moitié nu. Oui, Clarke. Pas « Hey toi là-bas ! » Il savait qui elle était. C’était d’ailleurs pour ça qu’il l’avait embrassé. Il voulait savoir si c’était aussi bien que ce qu’il avait imaginé, quand la gorge noué il était enfermer avec elle dans ce placard. Ce châtiment, cette punition qu’on lui imposait dans sa famille d’accueil quand il n’était pas sage, il arrivait à y survivre qu’en pensant à elle et aux goûts de ses lèvres. Fantasme d’adolescent puisqu’ils n’étaient que des amis. A l’époque il n’avait même jamais embrassé de fille. Lorsqu’il avait passé le cap il s’était demandé ce qu’il aurait ressenti s’il s’était agi d’elle. Alors bien sûr quand il l’avait vu sur le pas de sa porte, il n’avait pas résisté à l’envie de savoir de ce qui se passerait s’il l’embrassait. Ce qui s’était passé c’était qu’elle avait paniqué et avait pris la poudre d’escampette !!! « CLAAARKE ! Qu’est-ce qu’tu fou ?!? REVIENS !!! » Lui cria-t-il. Pas certain qu’elle l’ait entendu il poussa un soupir et se décida à descendre l’escalier en espérant qu’elle ne se trouvait pas déjà dans la rue. J’vous rappelle qu’il était seulement vêtu d’une serviette !!! Manque de bol, elle était effectivement dans la rue. Il lui fit face. « Clarke j’aurais pas dût t’embrasser. Okays, j’ai compris ! Mais tu veux pas monté pour boire un café ?! J’vais commencer sérieusement à me les peler ici !!! »
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Washington
avatar

Date d'inscription : 11/09/2015
Messages : 50
Points : 3
Avatar : Kristin Kreuk
Pseudo/prénom : Aurélie
Crédits : en cours.


Posté le Mar 27 Oct 2015 - 21:50

Plus la policière progressait vers la sortie, plus elle ressassait ce qu’il venait de se passer et se sentait totalement idiote. Que lui avait-il pris de se pointer chez Baptist sans se renseigner au préalable sur ce qu’avait été sa vie après leur brusque séparation ? Ca n’était pas bien compliqué, non ? Après tout, elle avait bien su dénicher son adresse ! Cependant, Clarke n’avait rien fait de tout ça. Elle avait préféré débarquer comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Rouge de honte et perdue dans ses pensées, la jeune femme n’entendit même pas que Baptist l’interpelait. Par son prénom, qui plus est !

Ce ne fut que lorsqu’elle atteignit enfin sa voiture, de l’autre côté de la rue, que Clarke l’entendit enfin. Ce n’était pas sa voix qui l’incita à se retourner, mais plutôt l’air choqué et les ricanements des quelques passants. En se retournant, elle constata que Baptist, toujours vêtu de sa serviette, s’était lancé à sa poursuite. La policière écarquilla les yeux, surprise. « Clarke, j’aurais pas dû t’embrasser. Ok, j’ai compris ! Mais tu veux pas monter pour boire un café ?! J’vais commencer sérieusement à me les peler ici !!! ». Clarke ? Il l’avait bien appelé Clarke ? Ca voulait dire qu’il se souvenait d’elle, alors ! Soudain, la pression retomba et la jeune femme se sentit soulagée. Elle poussa un soupir, secouant la tête et affichant un air moralisateur avant de traverser de nouveau la rue pour le rejoindre. Clarke s’arrêta à son niveau et lui donna une tape sur le bras en guise de « punition » pour s’être ainsi jouée d’elle. « Je te déteste. » minauda-t-elle de telle sorte que sa phrase sonnait complètement faux. « Rentrons avant que je ne sois obligée de t’arrêter pour exhibitionnisme. ». Le trajet jusqu’à l’appartement se fit en silence. Clarke n’osait pas vraiment parler. Elle sentait encore ses lèvres sur les siennes et se demandait s’il l’avait reconnu avant ou après l’avoir embrassé sans crier gare. Pendant qu’il enfilait une tenue plus convenable, Clarke passa rapidement au crible la décoration de son appartement dans l’espoir d’en savoir un peu plus sur les quelques années qu’ils avaient à rattraper, en vain.

Lorsqu’il la rejoignit – habillé, cette fois-ci – Clarke se leva de la chaise où elle s’était installée et se rapprocha de lui pour l’étreindre avec tendresse. « Tu m’as vraiment beaucoup manqué, tu le sais ? ». Comme pour souligner ses propos, elle serra un peu plus ses bras autour du corps musclé de Baptist et enfouit sa tête contre son torse. « J’étais revenue pour toi. Une fois adoptée, j’ai dénoncé nos bourreaux et je suis venue te chercher, mais tu étais partie… » murmura-t-elle, empreint de culpabilité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Posté le Jeu 12 Nov 2015 - 14:34
«  The truth is, I miss you.» ✩
Baptist & Clarke
Si Baptist avait reconnu Clarke au moment même où il lui avait ouvert la porte ou si c’était quand elle l’avait appelé «  B » ? Vous ne le serez jamais ! Sachez juste que dans tous les cas, Clarke ou pas Clarke , il l’aurait embrassé. Quand une belle fille vient sonner à votre porte et qu’on s’appelle Baptist Wells on ne la laisse pas filé sans avoir essayé de lui voler un baiser. Question d’intelligence. En tout cas Clarke semblait soulager qu’il se souvienne d’elle, bien qu’en guise de « punition » il y droit à une tape sur le bras. Il laissa échapper un «  aie » qui tombas à plat et manquer cruellement de conviction et d’intonation, comme s’il avait été prononcé par exemple. « Je te déteste. » «  Pas autant que moi » lui dit-il sur un ton voluptueux, haussant légèrement les sourcils avec un sourire malicieux, ses mots sonnant aussi faux dans sa bouche que dans celle de C. « Rentrons avant que je ne sois obligée de t’arrêter pour exhibitionnisme. ». «  M’arrêter ? » se moqua-t-il, avant qu’il ne reprenne sans sérieux. «  Tu es flic ? » demanda-t-il avec une certaine pointe d’angoisse. Clarke parlait de rentrer à l’appartement, son appartement. Sauf que… Ce n’était pas son appartement ! Baptist était un escroc, un arnaqueur et cet appart était un «  emprunt » si on peut dire. Toutefois il ne pouvait pas refuser de monter à l’appart, sous peine de devoir une explication à la jeune fille. Il resta silencieux dans les escaliers et il alla s’habiller en espérant qu’elle ne se baladerait pas trop dans l’appartement… Surtout qu’il y avait des photos d’enfants, de jeunes enfants…  Il s’habilla donc le plus vite possible puis alla la rejoindre. « J’étais revenue pour toi. Une fois adoptée, j’ai dénoncé nos bourreaux et je suis venue te chercher, mais tu étais partie… » Il devinait qu’elle culpabiliser encore de ce qui s’était passé. C’est vrai qu’il avait toujours pensé qu’elle avait vécu une vie heureuse avec sa nouvelle  et qu’elle l’avait oublié. C’était cool d’apprendre le contraire. Il haussa les épaules, nonchalant. «  Ça n’a pas d’importance. »
electric bird.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Washington
avatar

Date d'inscription : 11/09/2015
Messages : 50
Points : 3
Avatar : Kristin Kreuk
Pseudo/prénom : Aurélie
Crédits : en cours.


Posté le Ven 27 Nov 2015 - 17:26
Clarke se demandait si Baptist l’avait reconnu du premier coup ou s’il en avait pris conscience à la seconde où son amie de longue date avait tourné les talons pour le fuir. Elle se demandait s’il était devenu ce genre d’homme à femme doué pour briser les cœurs. Un arnacoeur professionnel. Avait-il changé au point que Clarke n’allait plus le reconnaître ? Peut-être, mais pour elle, c’était un risque à prendre. Il devait savoir qu’elle n’avait jamais cessé de penser à lui et qu’elle éprouvait un peu la « culpabilité du survivant » pour ne pas avoir été en mesure de lui venir en aide lorsqu’il en avait le plus besoin et, surtout, dès qu’elle fut en mesure de le faire. « Pas autant que moi » dit-il, sur un ton qui ne put que la faire sourire malgré son envie de rester sérieuse. Baptist avait toujours su la faire sourire, même dans les moments les plus sombres et ça, au moins, ça ne semblait pas avoir changé. « M’arrêter ? Tu es flic ? » demanda-t-il. Clarke décela presque une pointe d’inquiétude dans sa voix qui, en d’autres circonstances – ou plutôt en présence d’un suspect – aurait vite fait de mettre ses sens de flic en alerte. Cependant, l’état d’euphorie dans lequel elle se trouvait actuellement inhibait totalement son côté méfiant. « Surprise ! »[b] dit-elle en montrant son badge. [b]« Ca fait quelques temps, maintenant… J’aimerais rejoindre la brigade K9 plus tard. Tu sais à quel point j’aime les chiens… » dit-elle en haussant les épaules. Pour Clarke, devenir flic avait été une évidence, mais elle pouvait comprendre que Baptist soit surpris de cette annonce, lui qu’il l’avait toujours connue en victime. C’était comme si, en rejoignant le corps de la police, Clarke avait réussi à changer l’ordre des choses.

Pendant qu’il se rhabillait, la jeune femme observait les lieux. L’appartement était plutôt sympa et au fur et à mesure qu’elle avançait, l’agent de police découvrait des choses intéressantes. Elle était d’ailleurs sur le point de s’approcher des cadres photos dispersées ci et là, mais Baptist se posta aussitôt devant elle, comme pour faire bloc alors qu’elle lui expliquait être revenue pour lui peu de temps après son adoption. « Ca n’a pas d’importance. » dit-il avec un détachement qui lui fendit le cœur. « Pour toi, peut-être, mais pas pour moi. Tu m’as sauvée, B. Plus d’une fois. Si tu n’avais pas été là, j’aurais pu… » commença-t-elle avant de ravaler les larmes qui lui étaient montées aux yeux. « Je sais que c’est à toi que je dois la vie que j’ai désormais. Tu m'as manquée à un point que tu n'imagines même pas... » dit-elle en le serrant dans ses bras, fermant les yeux pour savourer ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Washington
avatar

Date d'inscription : 11/09/2015
Messages : 50
Points : 3
Avatar : Kristin Kreuk
Pseudo/prénom : Aurélie
Crédits : en cours.


Posté le Ven 27 Nov 2015 - 19:28
[justify]Clarke se demandait si Baptist l’avait reconnu du premier coup ou s’il en avait pris conscience à la seconde où son amie de longue date avait tourné les talons pour le fuir. Elle se demandait s’il était devenu ce genre d’homme à femme doué pour briser les cœurs. Un "arnacoeur professionnel". Avait-il changé au point que Clarke n’allait plus le reconnaître ? Peut-être, mais pour elle, c’était un risque à prendre. Il devait savoir qu’elle n’avait jamais cessé de penser à lui et qu’elle éprouvait un peu la « culpabilité du survivant » pour ne pas avoir été en mesure de lui venir en aide lorsqu’il en avait le plus besoin et, surtout, dès qu’elle fut en mesure de le faire. « Pas autant que moi » dit-il, sur un ton qui ne put que la faire sourire malgré son envie de rester sérieuse. Baptist avait toujours su la faire sourire, même dans les moments les plus sombres et ça, au moins, ça ne semblait pas avoir changé. « M’arrêter ? Tu es flic ? » demanda-t-il. Clarke décela presque une pointe d’inquiétude dans sa voix qui, en d’autres circonstances – ou plutôt en présence d’un suspect – aurait vite fait de mettre ses sens de flic en alerte. Cependant, l’état d’euphorie dans lequel elle se trouvait actuellement inhibait totalement son côté méfiant. « Surprise ! »[b] dit-elle en montrant son badge. [b]« Ca fait quelques temps, maintenant… J’aimerais rejoindre la brigade K9 plus tard. Tu sais à quel point j’aime les chiens… » dit-elle en haussant les épaules. Pour Clarke, devenir flic avait été une évidence, mais elle pouvait comprendre que Baptist soit surpris de cette annonce, lui qu’il l’avait toujours connue en victime. C’était comme si, en rejoignant le corps de la police, Clarke avait réussi à changer l’ordre des choses. « Et toi alors ? Tu travailles dans quoi ? »

Pendant qu’il se rhabillait, la jeune femme observait les lieux. L’appartement était plutôt sympa et au fur et à mesure qu’elle avançait, l’agent de police découvrait des choses intéressantes. Elle était d’ailleurs sur le point de s’approcher des cadres photos dispersées ci et là, mais Baptist se posta aussitôt devant elle, comme pour faire bloc alors qu’elle lui expliquait être revenue pour lui peu de temps après son adoption. « Ca n’a pas d’importance. » dit-il avec un détachement qui lui fendit le cœur. « Pour toi, peut-être, mais pas pour moi. Tu m’as sauvée, B. Plus d’une fois. Si tu n’avais pas été là, j’aurais pu… » commença-t-elle avant de ravaler les larmes qui lui étaient montées aux yeux. « Je sais que c’est à toi que je dois la vie que j’ai désormais. Tu m’as manqué à un point que tu ne peux imaginer... » dit-elle en le serrant dans ses bras, maintenant qu’il était rhabillé. Elle clôt les paupières, savourant enfin les retrouvailles qu’elle avait tant attendue.
[justify]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Posté le
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
b&c ♦ the truth is, I miss you.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YOUR FAMOUS NEIGHBOR :: I want to go ... :: Back in time :: RPs à remettre en place-