AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Washington
avatar

Date d'inscription : 28/05/2015
Messages : 2019
Points : 6
Avatar : Elizabeth Olsen
Pseudo/prénom : Winkleboss/Fanny
Crédits : rivendell (avatar) + endlesslove (signature)


Posté le Lun 28 Sep 2015 - 14:40
Cela faisait plusieurs mois qu’Harden avait « déménagé » et pourtant, elle n’avait toujours pas récupéré toutes ses affaires. Elle avait préféré les laisser à l’appartement qu’elle partageait autrefois avec Jamal et Scarlet parce que c’était trop douloureux pour elle d’y retourner. Elle était partie comme une voleuse une fois la rupture décidée et n’y avait jamais remis les pieds. Pourtant, il y avait tout un tas d’affaires à elle dont elle aurait eu l’utilité. Des vêtements notamment. Des papiers importants aussi. Ses meubles, elle pouvait s’en passer. Il fallait qu’elle y aille. Elle ne pouvait décemment pas repousser ça pendant trop longtemps… Cela faisait une semaine qu’elle y pensait tous les jours. Retourner dans l’appartement qu’elle occupait toujours légalement. Mais elle n’avait jamais osé franchir le pas. Elle avait cru comprendre que Scarlet était partie elle aussi mais Jamal y vivait toujours. Et elle n’avait absolument pas envie de le croiser… C’était un risque. Il travaillait, certes, mais avec sa chance elle choisirait un moment où il était en repos. Quoi qu’en y allant en plein milieu de la journée, elle avait peut-être ses chances. C’était donc décidé. Elle irait pendant sa pause-déjeuner, juste après son dernier cours à Georgetown et avant sa séance de sport. Elle n’en aurait pas pour longtemps, ou en tout cas elle l’espérait.

Son cœur était lourd lorsqu’elle franchit le pas de la porte. Rien n’avait changé, tout était toujours comme dans ses souvenirs à un détail près : l’appartement était vide. Il paraissait terne, déprimant. Elle se sentait mal ici et elle n’avait qu’une envie : partir. Mais maintenant qu’elle avait fait le plus gros du travail. Elle ne pouvait pas reculer maintenant. Elle était plus courageuse que ça. Elle fila donc dans son ancienne chambre et sortit un grand sac. Elle ouvrit les placards et commença à y entasser ses vêtements. Elle avait presque fini lorsqu’elle entendit la porte s’ouvrir à nouveau. La jeune femme se pétrifia. C’était Jamal. C’était forcément Jamal… Ou alors il avait trouvé de nouveaux colocataires ? Il avait de nouveau quelqu’un dans sa vie ? Si rapidement ? Non… il avait le droit. Elle n’était pas jalouse. Cette rupture avait été un peu sa décision après tout. Elle devait réfléchir vite. Elle ne pouvait pas sortir sans que Jamal la voie, ça relevait de l’impossible… Et de toute façon, elle n’arrivait même plus à penser. Si bien qu’elle était toujours bloquée devant son sac grand ouvert lorsque le jeune homme fit son apparition dans la chambre. Harden sentit son cœur s’arrêter, elle n’osait même pas relever la tête. Espérant qu’il n’allait rien dire, sans insister. Ce serait le mieux pour tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Washington
avatar

Date d'inscription : 11/09/2015
Messages : 62
Points : 0
Avatar : Matthew Daddario
Pseudo/prénom : Raine
Crédits : sayo


Posté le Mar 29 Sep 2015 - 20:33
Sérieusement ? Non mais sérieusement ? Vous aussi ça vous arrive d'avoir des périodes où les merdes s'enchainent ? Non parce que je commence à me poser des questions, parce qu'à force, ça vient peut-être de moi. Et la période s'éternise. A chaque fois que j'ai l'impression que ça va aller mieux et puis la seconde d'après, un autre truc foireux arrive. Vanessa rirait en me disant que j'adore dramatiser les choses. Elle dit toujours ça de toute façon. Je pourrais me faire percuter par un camion, elle trouverait sûrement encore le moyen de me dire que je dramatise. En fait, ma soeur est mon problème perpétuel. Tout ça pour dire que, en me rendant au boulot ce midi parce que je commençais plus tard, ça allait encore bien. Sauf qu'en fait ... quand j'y repense maintenant je sais pas très bien comment expliquer ce qui s'est passé, vu que je ne sais pas moi-même ce qui s'est passé. Peut-être que c'est encore à cause de la différence de température entre l'extérieur et les locaux du journal ? Comme quand j'étais en primaire et qu'on avait fait ce festival de films ... Ou alors c'est parce que j'ai pas mangé ce midi parce que j'avais pas faim. Ou parce j'en fais trop au boulot. Ou parce que je suis rentrée à cinq heures d'une soirée. Peut-être tout en même temps. En tout cas, en arrivant à mon bureau ce matin (enfin quand je dis bureau, c'est une façon de parler), je me suis écroulé. J'ai entendu le sifflement, j'ai vu les étoiles et j'ai senti mon corps s'engourdir. Puis plus rien, le trou. Le prochain truc que je voie, ce sont certains de mes collègues au-dessus de moi qui me regardent avec de grands yeux inquiets.

J'ai fait un malaise vagal. Quel con franchement. Et puis tout le monde qui me posait des questions ... BREF. Ils ont appelé un médecin. J'ai prétexté être fatiguée, juste ça et heureusement, il n'a pas insisté. Résultat ? Quand j'ai dit  que je me sentais déjà mieux, personne n'a rien voulu savoir, surtout mon boss. C'est dingue comme tout d'un coup, on se sent important à les voir paniquer pour un rien. Du coup, il m'a donné mon après-midi. Sur le moment j'ai pas compris parce que c'est la première fois que ça arrive. J'ai voulu refuser mais il a insisté donc j'ai pas eu le choix. Selon lui, il me faut du repos. J'avais beau vouloir rester, il est vrai que je me sentais un peu bizarre depuis mon collé-serré avec le tapis. Et puis quand j'y réfléchis, même si bosser me fait du bien, me reposer cet aprèm pourrait être encore plus bénéfique. Donc me voilà sur le palier de mon appartement, n'ayant qu'une hâte: m'affaler sur le canapé parce que je commence à avoir mal à la tête. A ma grande surprise, la porte d'entrée que je suis sûr d'avoir verrouillé avant de partir est déverrouillée. Je fronce les sourcils et entre doucement ... oh putain. Et je me retrouve nez-à-nez avec Harden. Sous le choc, je sursaute presque. Tellement plus habitué à la voir entre ces murs. Mon coeur s'accélère un peu, des idées folles, jusqu'à ce que je remarque ses affaires à côté. Ah oui, j'avais oublié. Je détourne rapidement les yeux, pas d'humeur à supporter tout ça tout en sachant que je ne vais pas avoir le choix. « Je t'en prie. Fais comme chez toi. » ai-je dit d'une voix lasse avant d'aller m'écrouler sur le canapé comme prévu et d'allumer la télé.
Revenir en haut Aller en bas
Washington
avatar

Date d'inscription : 28/05/2015
Messages : 2019
Points : 6
Avatar : Elizabeth Olsen
Pseudo/prénom : Winkleboss/Fanny
Crédits : rivendell (avatar) + endlesslove (signature)


Posté le Mer 14 Oct 2015 - 15:56
C'était encore plus étrange qu'elle ne l'aurait pensé de se retrouver dans cet appartement lourd en souvenirs. En bons souvenirs, mais c'était bien ça le problème. Elle n'avait plus ça aujourd'hui, elle était nostalgique, presque mélancolique. Et ça rendait le tout douloureux. Elle avait eu raison de s'éloigner, mais elle n'avait fait que mettre un pansement sur une plaie ouverte alors qu'il aurait fallu suturer. Elle n'avait pas réglé le problème en partant, loin de là. Surtout qu'à tout moment elle pouvait tomber soit sur Scarlett, soit sur Jamal. Probablement plus sur Jamal étant donné qu'il était le seul des trois à encore habiter cet appartement. Elle ne savait même pas s'il avait retrouvé des colocataires. Elle l'espérait pour lui, elle ne voulait pas qu'il soit seul. Malgré tout, même si c'était encore dur, elle voulait qu'il aille bien. Elle l'aimerait toujours d'une certaine façon et elle avait espoir qu'un jour elle puisse recommencer à le fréquenter, en tant qu'amis. Et tout cela valait également pour Scarlett. Elle n'avait pas revu la jeune femme depuis qu'elle était partie non plus, heureusement qu'ils vivaient à Washington et non à Fairfax. Déjà, leur petite histoire serait moins bien passée. Et surtout, ils n'auraient cessé de se recroiser par hasard.

Il fallait croire qu'elle aimait jouer avec le feu. Elle était là, dans l'appartement de Jamal et il pouvait rentrer à tout moment. A cette heure-ci, il était sans doute au boulot, mais ce n'était pas exclu qu'il rentre avant. Rien n'était exclu, tout pouvait arriver. Et comme elle n'avait pas particulièrement de chance en ce moment… C'était pour ça qu'elle se dépêchait. Elle prenait ses affaires sans trier, en prenant à peine le temps de regarder si elles lui appartenaient bien. Quelle idée elle avait eu aussi, de partir comme une voleuse sans rien prendre. Si elle l'avait fait avant, elle n'aurait pas à vivre ce moment. Puis, contre toute attente, Jamal fit son apparition. Il était là, et non au boulot comme elle l'avait souhaité. Il était là, à quelques dizaines de centimètres d'elle. « Je t'en prie. Fais comme chez toi. » Cette remarque la pétrifia encore plus. C'était tellement lourd de sens. Elle n'eut pas le temps de répliquer qu'il disparut de nouveau. Soulagée qu'il n'insiste pas plus, Harden termina son sac encore plus rapidement que précédemment. Il allait maintenant lui falloir retraverser l'appartement, tout en sachant que Jamal pouvait être n'importe où. Et effectivement, elle le trouva affalé sur le canapé. Elle fut d'abord tentée de passer son chemin en faisant que si de rien n'était et sans se retourner mais elle se trouva de nouveau incapable de bouger. Elle allait le regretter, mais… « T'as une sale tête, tu sais. » lança-t-elle après avoir laissé tomber son sac au sol. Elle s'avança prudemment du canapé, mais resta debout. « Est-ce que je peux faire quelque chose ? » Il allait peut-être lui demander de partir mais au moins, elle aurait essayé.

#thatawkwardmoment @Jamal Calhoun
Revenir en haut Aller en bas
Washington
avatar

Date d'inscription : 11/09/2015
Messages : 62
Points : 0
Avatar : Matthew Daddario
Pseudo/prénom : Raine
Crédits : sayo


Posté le Sam 17 Oct 2015 - 21:50
Là tout de suite, je veux juste m'écrouler dans le canapé. Je veux oublier ce début de journée, oublier les questions et les regards inquiets de mes collègues. C'est l'avantage depuis que je vis seul en tout cas, je sais que je vais être tranquille en rentrant chez moi le soir. Mais ça me manque d'avoir des colocataires. En même temps les coloc ça apportent toujours des problèmes. Les gens apportent toujours des problèmes de toute façon. Tu te rapproches de quelqu'un et le risque de souffrir vient automatiquement avec. Non je vise personne bien sûr. Non je blague. Forcément que je pense à Scarlett et Harden quand je dis ça. Elles ne sont pas les seules bien évidemment mais ... A quoi je me suis attendu hein ? Quel est le pourcentage de réussite quand tu t'engages dans une relation à trois ? Bref, peut importe j'ai pas envie de penser à ça maintenant, je veux juste me remettre de mon malaise et profiter de cet après-midi de tranquillité qu'on vient de m'offrir. Canapé, bière et télé. Oui ça me semble être un très bon programme.

Je rentre donc chez moi, la tête ailleurs et du coup, je mets quelques secondes à capter le fait que la porte de l'appart n'est pas fermée à clef et que ce n'est pas normal. Je fronce les sourcils, referme la porte d'entrée derrière moi, fais quelques pas et tombe sur quelqu'un que je connais bien. Quelqu'un qui a habité ici. Harden et moi nous dévisageons quelques instants, sans trop savoir quoi dire. J'imagine qu'on ne s'était pas attendus ni l'un ni l'autre à se croiser ... Enfin tu parles, c'est surtout moi qui ne m'y suis pas attendu parce que je me doute que même si elle a pensé que j'étais au boulot, elle savait bien les risques qu'elle prenait en venant ici. La surprise étant passée, je finis par lui dire de faire comme chez elle, sur un ton ... pas vraiment en colère mais ... c'est compliqué. En tout cas c'est sorti tout seul. Je l'ai laissée finir de ranger ses affaires, puisque c'est pour ça qu'elle est venue et suis parti m'installer sur le canapé, comme prévu. Putain si je me suis attendu à ça ... J'essaie de me concentrer sur quelque chose, je me dis qu'il faudrait que j'allume la télé mais je reste prostré dans le canapé jusqu'à ce qu'Harden arrive. « T'as une sale tête, tu sais. » lance-t-elle. Je ne parviens pas à réprimer un rictus en coin et ne lui jette même pas un regard au départ. La vérité c'est que j'ignore comment me comporter. Je suis supposé être un grand garçon qui depuis le temps a réussi à tourner la page mais ... qui a dit que c'était aussi simple ? Elle s'approche du canapé. Je ne veux pas vraiment qu'elle s'approche. Ca fait trop mal quand elle le fait mais je ne dis toujours rien. « Est-ce que je peux faire quelque chose ?  » Je me mords l'intérieur de la joue pour me retenir de rire. Ou alors c'est que je suis trop crevé pour rire mais en tout cas je ... j'encaisse le choc. C'est peut-être un choc pour elle, c'est peut-être un choc pour Scarlett aussi au final mais ce sont elles qui ont décidé de notre séparation, pas moi. Je hausse les épaules en ayant toujours du mal à la regarder. « J'en doute. Je suis juste malade. » Je sais que c'est un peu con de réagir comme ça mais dans un sens, c'est vrai non ? Je suis juste pas forcé de préciser qu'elle est un peu l'une des raisons pour laquelle je suis "malade" au départ. Mais bon, après tout Scarlett et elle ne sont pas le centre de mon monde, pas vrai ? « Donc à moins que tu veuilles jouer les docteurs ... et puis je ne voudrais pas te retenir, surtout maintenant que t'as récupéré tes affaires. » J'ai beau me dire qu'il est vraiment temps de laisser tout ça partir, c'est plus fort que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Posté le
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
(jamal) the ending is the same every damn time

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YOUR FAMOUS NEIGHBOR :: Washington D.C. :: Southeast :: Capitol Hill-